DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Yémen: mort d'un manifestant en plein pourparlers

Vous lisez:

Yémen: mort d'un manifestant en plein pourparlers

Taille du texte Aa Aa

Ce sont peut-être les dernières heures d’un bras-de-fer qui dure depuis maintenant 3 mois au Yémen.
 
Après plusieurs tentatives de conciliation, et alors que la rue exige toujours le départ du président, un accord de transfert du pouvoir est en passe d‘être conclu entre l’opposition et le régime, grâce à la médiation de plusieurs pays arabes.
  
La rue, elle, reste inflexible. D’autant que le bilan des manifestations s’est encore alourdi. Un homme, victime d’une balle de sniper des forces de l’ordre, a trouvé la mort ce mardi. Pour les dissidents, la fin de crise implique la démission imminente du président et sa traduction devant la justice.
 
“Qu’ils acceptent ou non ce plan, ça nous est égal, lance une manifestante. Il s’agit de la révolution de la jeunesse. Nous n’avons rien à voir avec les partis politiques. S’ils acceptent, ils vont lui permettre de rester un mois. Mais s’il ne quitte pas immédiatement le pouvoir, nous irons à pied jusqu‘à son palais. Il semble que Saleh  a du mal à comprendre le mot “partir”. Alors nous lui adressons cet avertissement: nous sommes Yéménites et prêts à mourir pour le Yémen.”
 
Le texte prévoit le départ d’Ali Abdallah Saleh au pouvoir depuis 32 ans ainsi que la nomination d’un premier ministre issu de l’opposition. En échange de quoi, le président, ses collaborateurs et tous les membres de sa famille bénéficieraient de l’immunité.
 
Demain, une coalition réunissant l’ensemble des forces de l’opposition a prévu de rencontrer une délégation du régime à Ryad pour ratifier le plan.
 
Des élections présidentielles devraient par ailleurs se tenir au plus tard deux mois après sa démission effective.