DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

William et Kate: un conte de fée moderne

Vous lisez:

William et Kate: un conte de fée moderne

Taille du texte Aa Aa

Il était une fois un prince, William, Arthur, Philip, Louis, fils de Charles, héritier du trône d’Angleterre et de feu Lady Diana, chère au coeur des britanniques, jusqu‘à ce jour favorite des sujets de sa majesté.

William, qui avait hérité de sa mère le charme, le naturel, la bonté, et l’affection de ses concitoyens, en ce 29 avril 2011 s’apprêtait à épouser la femme qu’il aimait depuis 8 ans.

Arrivé en l’Abbaye de Wesminster accompagné de son frère et témoin, le jeune Harry, William salua la foule des 1900 invités à la noce, parmi lesquels un parterre de têtes couronnées, de membres du gouvernement et des corps diplomatiques ainsi que de nombreuses personnalités, amis de la famille royale.

Son père, le prince Charles et sa deuxième épouse Camilla Parker Bowles entrèrent dans la célèbre nef – qui vit le couronnement de très nombreux rois – parmi les derniers, juste avant la reine Elisabeth II, grand mère du Prince et souveraine bien aimée depuis près de 60 ans.

Il était une fois une jeune femme du sud de l’Angleterre, dépourvue de sang royal, mais armée d’un sourire sincère et d’une beauté rayonnante qui sut conquérir le coeur du Prince.

En ce 29 avril 2011, Kate Middleton apparut heureuse et émue, resplendissante dans une somptueuse robe de dentelle et satin, devant l’Abbaye de Westminster sous les acclamations de la foule, et au bras de son père.

Lentement, souriant aux invités, elle remonta l’allée de la nef jusqu‘à son prince charmant.

Découvrant sa promise, et faisant fi du protocole et du sérieux de rigueur, le prince lui sourit et lui dit “tu es magnifique”.

William et Catherine se dirent oui sans hésiter.

A cet instant leur destin était déjà scellé et les désormais Duc et Duchesse de Cambrigde purent échanger leurs voeux.

Un anneau fut glissé au doigt de la jeune épouse, un seul anneau pour cette cérémonie, le prince ayant choisi de ne pas en porter à l’instar de son grand-père le Duc d’Edimbourg.

Puis désormais mari et femme, auréolés de ce nouveau bonheur, William et Catherine quittèrent l’Abbaye main dans la main.

Montant à bord du bijou de l‘écurie royale, un carosse orné de feuilles d’or et tendu de satin pourpre, celui-là même qui avait transporté il y a 30 ans les parents de William, les jeunes mariés purent mesurer l’ampleur de la ferveur que leur union avait suscité dans les rues de Londres, tout au long du chemin les menant à Buckingham palace.

Apparaissant enfin au balcon de celui-ci devant une foule immense venue les saluer, la jeune Duchesse eut un “waou” de stupeur, et le prince lui donna le baiser tant attendu.

Ainsi s’achevait le plus beau jour de la plus prestigieuse famille royale au monde, depuis de longues années. L’histoire dira s’ils vivront heureux et sauront sauver la monarchie d’une fin si souvent annoncée.