DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Syrie : la sanglante répression se poursuit

Vous lisez:

Syrie : la sanglante répression se poursuit

Taille du texte Aa Aa

La répression ne connait pas de trève en Syrie. La grande prière du vendredi a une nouvelle fois été endeuillée dans plusieurs villes où se tenaient des rassemblements de l’opposition, interdits par le pouvoir, et ce malgré la levée de l‘état d’urgence il y a une dizaine de jours.

Une soixantaine de personnes auraient trouvé la mort. La grande majorité à Deraa, foyer de la contestation qui a démarré à la mi-mars.

Des rassemblements violemment réprimés également à Rastan, dans le centre du pays, non loin de Homs, où les forces de sécurité aidées par des hommes fidèles au régime ont ouvert le feu sur des manifestants désarmés.

Hama, Banias, Homs, Deraa ou encore Deir az-Zour, autant de villes où des milliers de manifestants ont osé braver l’interdiction de se rassembler décrétée par le régime.

Soulagement toutefois pour l’opposition : à Genève, le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a adopté une résolution condamnant fermement la répression.

A noter que la Russie et la Chine ont voté contre ce texte, et que de nombreux pays arabes comme le Qatar, la Jordanie ou l’Arabie saoudite ont préféré bouder la rencontre.

L’ONU demande également qu’une mission spéciale soit mise en place et envoyée de toute urgence en Syrie pour enquêter sur les violations des droits de l’homme.

Plusieurs responsables du régime, dont Maher El-Assad, le frère du président, sont par ailleurs visés par des sanctions américaines.

L’UE prépare quant à elle de nouvelles mesures contre le régime et s’apprête à décréter un embargo sur les armes.