DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jean-Paul II, un Bienheureux d'exception

Vous lisez:

Jean-Paul II, un Bienheureux d'exception

Taille du texte Aa Aa

Le voilà qui rejoint la cohorte inombrable des Bienheureux. Mais Jean-Paul II, béatifié place Saint-Pierre à Rome, ce dimanche matin par son successeur le pape Benoît XVI est un bienheureux d’exception. Jamais une cérémonie de béatification n’avait attiré autant de monde, près d’un million de pèlerins venus de toute l’Europe et au-delà.
  
Le cerceuil du pape polonais, jusquà présent situé dans la crypte de la basilique Saint-Pierre, a été installé devant l’autel de l‘édifice. Il sera désormais exposé dans une chapelle latérale de la basilique.
  
L‘événement a suscité une grande joie mais aussi beaucoup d‘émotion parmi les fidèles réunis Place Saint-Pierre.
  
Stanislas Dziwicz, l’archevêque de Cracovie, secrétaire particulier de Jean-Paul II pendant tout son pontificat était évidemment aux premières loges.
  
La Soeur française Marie-Simon Pierre dont la guérison de la maladie de Parkinson, jugée miraculeuse a permis la béatification du pape défunt, a présenté devant la foule une ampoule contenant un peu de sang de Jean-Paul II prélevé dans les dernières heures de sa maladie.
 
Dans son homélie, Benoît XVI a rappelé qu’il fut l‘étroit collborateur de son prédécesseur en tant que préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, l’organe chargé du respect du dogme catholique.
  
 Il a également répété la célèbre phrase de son prédécesseur : “N’ayez pas peur d’ouvrir toutes grandes les portes au Christ”.
 
 Jean-Paul II vient de franchir ce dimanche un grand pas vers la sainteté. La canonisation ne pourra être prononcée que si un autre miracle, survenu après cette béatification, lui est reconnu.
 
 Cette béatification s’est déroulée le jour de la Miséricorde divine, une fête instituée par Jean-Paul II en 2000 et à laquelle il attachait une grande importance.
 
 Sa mémoire sera célébrée chaque 22 octobre, date du début de son pontificat.
 
Notre envoyé spécial Enrico Bona témoigne : “Difficile de décrire l’ambiance qu’il y a ici au Vatican aujourd’hui. La participation populaire a été très forte, il y a eu plusieurs moments d‘émotion. Mais celle ci est surtout une fête collective pour le peuple de Jean Paul II, qui le voulait “saint tout de suite”, dès le jour de ses funerailles, il y a 6 ans”.