DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Al Qaïda décapité, affaibli, mais toujours là

Vous lisez:

Al Qaïda décapité, affaibli, mais toujours là

Taille du texte Aa Aa

La mort de l’homme le plus recherché du monde va marquer le mandat de Barack Obama.

C’est clairement une victoire politique pour le président américain, un an et demi avant la prochaine élection.

Une victoire surtout symbolique, car dans les faits, le réseau Al Qaïda a subi de nombreux revers ces dernières années, avec les arrestations et les assassinats de plusieurs de ses chefs.

Depuis 2005, il n’ a réussi aucun coup d‘éclat en Occident.

Et d’un point de vue idéologique, les peuples du monde arabe montrent depuis plusieurs mois que leurs préoccupations sont très éloignées du terrorisme djihadiste prôné par Ben Laden.

Les révoltes actuelles, comme ici au Yémen, pays d’origine de la famille Ben Laden, révèlent de véritables aspirations démocratiques, loin du caliphat islamique voulu par Al Qaïda.

En Tunisie, premier pays à s‘être libéré de la dictature cette année, les manifestants proclament haut et fort leur attachement à la laïcité.

Malgré tout, Oussama Ben Laden, ancien héros du terrorisme international, pourrait bien en devenir le martyr.

Aujourd’hui décapité, Al Qaïda a souvent été qualifiée de “nébuleuse”, et les groupes affiliés continuent d’exister de manière autonome.

Notamment en Irak, ou dans le Sahel africain, où Al Qaïda au Maghreb islamique s’attaque surtout aux intérêts français.

Sans oublier Al Qaïda dans la péninsule arabique, fondée en 2009, dont la branche yéménite est la plus active.

C’est elle qui serait à l’origine des tentatives d’attentat d’octobre 2010.

Deux bombes, dissimulées dans des cartouches d’encre d’imprimantes, avaient été envoyées vers les Etats-Unis par avion.

Elles avaient été interceptées à Dubaï et au Royaume-Uni.