DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dette grecque : Athènes exclut une restructuration

Vous lisez:

Dette grecque : Athènes exclut une restructuration

Taille du texte Aa Aa

Ni rééchelonnement, ni restructuration de type “haircut”: la Grèce soutient mordicus être à même d’honorer le remboursement de sa dette astronomique de 340 milliards d’euros.

Un an après avoir évité la faillite grâce aux 110 milliards d’euros de l’Union européenne et du FMI, Athènes veut couper court aux spéculations.

Faire accuser des pertes aux porteurs d’obligations grecques constituerait “une énorme erreur” a estimé le ministre grec des finances, George Papaconstantinou. La Grèce se retrouverait “exclue des marchés de crédit pour au moins dix ou quinze ans”.

Athènes entend ramener son déficit public à 7,4% du PIB cette année, pour passer sous les 3% – le plafond européen – d’ici 2014.

Pour ce faire, le gouvernement socialiste doit dévoiler un nouveau plan d’austérité de 26 milliards d’euros dans les semaines à venir.

Reste que les marchés sont sceptiques quant à la capacité d’Athènes à honorer ses échéances.

Il faut dire que l’hypothèse d’une restructuration de la dette grecque n’est plus taboue dans les cercles européens. Officiellement exclue par la Commission européenne, elle a été évoquée par Berlin et par un responsable de la Banque centrale européenne.