Fermer
Identifiez-vous
Merci d’entrer vos identifiants de connexion

ou Rejoignez la communauté euronews

Avez-vous oublié votre mot de passe ?

Skip to main content

Dernière Minute
  • Afghanistan : les talibans du réseau Haqqani derrière l’attentat ayant fait 57 morts (renseignement afghan via AFP)

euronews a contacté TJ Winnick, journaliste à la télévision américaine ABC. En direct de Ground Zero à New York, il nous présente la situation aux Etats-Unis après le décès de Ben Laden.

Robert Hackwill, euronews :
C’est la plus grande victoire des Etats-Unis dans la guerre contre al-Qaïda. Au delà des scènes de joies du début, quel est le sentiment des Américains, spécialement autour de Ground Zero, sur cette “remarquable réalisation”, comme l’a appelé l’ancien président Bush ?

TJ Winnick, ABC :
“Certes, les gens ici à Ground Zero savent que c’est un moment symbolique important, mais il est également couplé avec le réalisme que la lutte contre le terrorisme ne s’arrête pas avec la disparition d’Oussama Ben Laden. Ils réalisent qu’il y a beaucoup de ses disciples qui veulent encore lutter contre les États-Unis et vraiment la plus grande menace en ce moment, qui est examinée par le Département de la Sécurité intérieure et le FBI, ce sont les radicaux d’origine locale, les gens qui sont au sein de nos frontières à l’heure actuelle. “

euronews :
Dans son discours à la nation le président Obama a déclaré qu’après cette opération, la nation sortait du déclin. Cela sera sans doute un tremplin pour sa réélection. Est-ce-que ce moment va porter Obama ?

TJ Winnick : “Il n’y a pas eu de sondage d’opinion depuis dimanche soir alors cela reste encore à voir, mais certainement après tout, la politique étrangère est considérée comme un point faible pour ce président. Mais je pense qu’une leçon que nous devrions examiner c’est en 1991, lorsque l’ancien président Bush a été porté par une vague énorme de popularité après le succès de la première guerre du Golfe. Un peu plus tard, il a été battu par Bill Clinton, qui a profité de l‘économie qui était mauvaise à ce moment-là. Donc, je persiste à croire personnellement que sa destinée est liée à la destinée de l‘économie américaine.”

euronews :
Pensez vous que beaucoup de gens vont penser maintenant “bon, c’est la fin de la guerre contre la terreur, on peut quitter l’Afghanistan et tout ira bien à nouveau ?”

TJ Winnick :
“Eh bien, comme je l’ai dit, je crois que la perception des gens est que la guerre contre le terrorisme ne se termine pas avec Oussama ben Laden, mais ces derniers mois de plus en plus d’hommes politiques ont demandé aux Etats-Unis de se retirer d’Afghanistan, ou du moins de remettre en question ce qu’on fait là-bas. Je pense que le fait qu’ils aient eu Oussama ben Laden va donner de l’eau au moulin de ceux qui pensent : “notre travail est fait et peut-être que nous devrions nous retirer d’Afghanistan, utiliser peut-être des attaques de drones et des choses comme ça, mais ne plus avoir autant de forces sur le terrain dans ce pays.”

Copyright © 2014 euronews

Plus d'actualités sur :