DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le jihad n'est pas mort avec ben Laden

Vous lisez:

Le jihad n'est pas mort avec ben Laden

Taille du texte Aa Aa

C’est l’une des écoles militaires les plus prestigieuses du Pakistan. Elle surplombe Abbottabad, une cité coquette prisée des estivants. Depuis l’assaut contre ben Laden, les habitants n’en reviennent toujours pas. Le chef d’Al Qaïda vivait donc dans cette ville, parmi eux. La plupart des enfants ne sont pas allés à l‘école aujourd’hui. Et ici, on craint que le pire soit à venir.

A lire…

“C‘était l’endroit le plus sûr au Pakistan et je ne pense pas que ça le restera, dit un habitant. Il va y avoir des répercussions et al Qaïda va planifier des attaques pour se venger, particulièrement ici, et partout au Pakistan.”

La réaction des talibans ne s’est pas faite attendre en effet, si l’on en croit cet appel téléphonique à l’agence Reuters :

“Pour venger la mort de ben Laden, le Pakistan sera notre première cible, l’Amérique la seconde. Pour venger le martyr Oussama, le Premier ministre, le chef des armées et le président pakistanais sont sur notre liste.”

Peu après l’annonce de la mort de Ben Laden, entre 800 et 1000 manifestants ont défilé dans les rues de Quetta, dans le sud du pays : “Nous voulons dire au monde qu’avec le martyr de Oussama ben Laden le jihad n’est pas terminé, crie un homme. Chaque membre va être comme ben Laden et sera un danger pour l’Amérique et le monde infidèle.”

Washington a assuré que la coopération avec le Pakistan avait aidé à trouver Ben Laden.