DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Pakistan frappé de plein fouet par la mort de Ben Laden

Vous lisez:

Le Pakistan frappé de plein fouet par la mort de Ben Laden

Taille du texte Aa Aa

Avec la mort de Ben Laden, le Pakistan s’apprête à vivre des jours difficiles.

Il va d’abord devoir apaiser les doutes de Washington, sinon tenter de démontrer qu’il ne joue pas de double-jeu dans la lutte anti-terroriste.

Il va peut-être aussi devoir faire face à une nouvelle vague d’attaques des talibans pakistanais qui ont prêté allégeance à Al Qaïda.

Jusqu’ici le président Asif Alui Zardari s’est montré discret, car il doit en plus gérer une opinion publique largement anti-américaine.

Et les déclarations de son prédécesseur ne vont pas dans le sens de l’apaisement.

Pervez Musharraf a expliqué que si il y avait eu erreur ou manquement dans la recherche de Ben laden, c‘était la faute des renseignements pakistanais et américains. Il a ajouté que l’opération militaire n‘était pas bonne politiquement, compte tenu des sensibilités du Pakistan et de la violation de la souveraineté pakistanaise.

Hier, des sympathisants d’Al Qaïda ont manifesté dans la ville de Quetta pour condamner la mort de Ben Laden et dénoncer les agissements des Etats-Unis sur leur sol. Mais jusque là, les manifestations d’hostilités ont été d’importance limitée.

D’abord parce que le chef d’Al Qaïda vivait depuis près de 6 ans à Abbottabad, dans une ville qui abrite l’une des principales académie militaire du pays et qui est située à une heure de route de la capitale. Ensuite parce que l’armée et le puissant service pakistanais du renseignement entretiennent le doute sur les informations dont ils disposaient sur Ben Laden. Et ce même si le président Zardari assure que l‘élimination de Ben laden est le résultat d’une décennie de coopératione avec les Américains.