DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La villa d'Oussama Ben Laden reste un mystère

Vous lisez:

La villa d'Oussama Ben Laden reste un mystère

Taille du texte Aa Aa

Placée sous scellés, toujours interdite aux centaines de journalistes pakistanais et étrangers, la villa-garnison d’Oussama Ben Laden n’est pas encore prête à livrer les secrets de la vie du chef d’Al Qaïda.

Les curieux et les reporters ne peuvent que s’approcher que du mur d’enceinte haut de 4 à 6 mètres, coiffé de barbelés et percé de trois portes en fer.

Et les voisins, aussi jeunes soient-ils, s’interrogent:

“Je ne les connaissais pas. Les femmes et les enfants ne quittaient jamais la maison. Et il n’y avait jamais aucun bruit mais des gens disent qu’ils avaient deux vaches.”

Des témoignages recueillis permettent d’imaginer de quelle manière le leader terroriste vivait et se cacher.

Zarar Ahmed, 12 ans, qui avait vu sur la maison ultra-sécurisé depuis chez lui, soutient qu’il a pu y pénétrer une fois:

“Je suis allé dans leur maison. Il y avait deux femmes, l’une parlait arabe, et l’autre urdu. Ils avaient trois enfants, une fille et deux garçons. Ils m’ont donné deux lapins…”

Des habitants d’Abbotabad affirment qu’un homme se faisant appeler Tariq, peut-être le fils d’Oussama, sortait chercher six ou sept pains par jour. On voyait des véhicules aux vitres fumées entrer et sortir. Une caméra filtrait les allées et venues.

La maison se se trouve à proximité d’un cinéma, d’un hôpital pour femmes et enfants, à moins de 250 mètres d’un commissariat et non loin d’une institution militaire.

Certains voisins doutent:

“Je n’ai jamais vu personne et je ne peux pas croire qu’Oussama Ben Laden vivait là. Je n’en suis pas 100% sûr, mais je suis à 110% sûr qu’il s’est produit un terrible drame.”

Combien de personnes vivaient là sans éveiller les soupçons? Peut-être 13 adultes et 23 enfants selon un responsable américain. Mais les chiffres varient. On ne sait pas vraiment qui a été arrêté après le raid, mais ils seraient entre les mains des services pakistanais.