DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Benghazi : l'école pour oublier la guerre

Vous lisez:

Benghazi : l'école pour oublier la guerre

Taille du texte Aa Aa

Qu’elles soient tirées par l’OTAN ou par les forces de Khadafi, les bombes sont en train de marquer toute une génération de petits Libyens.

Dans le fief rebelle de Benghazi, l’UNICEF a ouvert un centre éducatif et de loisirs pour combler le vide laissé par la fermeture des écoles en février.

“Nous faisons sortir les enfants et les jeunes, pour montrer au monde que nous restons inébranlables et que les Libyens ne seront jamais vaincus, explique Najwa Alharat, institutrice au centre. C’est aussi une façon de s’assurer qu’ils ne restent pas désoeuvrés à la maison.”

Ancienne école, le centre Al Majd accueille les enfants de 5 à 12 ans. La plupart des adultes qui assurent l’encadrement sont des volontaires. L’objectif est ici de faire oublier la guerre aux jeunes et de les aider à évacuer leurs traumatismes.

Khadeeja Bint Gasi explique ce qu’elle a représenté : “c’est un dessin des évacués qui ont peur des brigades de Khadafi et des bombardements. Donc ils fuient pour se protéger, ils partent pour la frontière.”

A l’entrée de l‘école, les références au régime de Tripoli ont été noircies.

Alors que le conflit menace de durer, d’autres établissements scolaires de Benghazi commencent à rouvrir leurs portes quelques heures par jour, en quête de normalité.