DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un prêtre maintient ses accusations contre l'Otan

Vous lisez:

Un prêtre maintient ses accusations contre l'Otan

Taille du texte Aa Aa

Des centaines de personnes périssent en mer en essayant de fuir la Libye, tandis que l’Otan dément avoir laissé mourir des migrants. Les Nations unies rapportent que les 600 passagers d’un bateau parti de Tripoli se sont noyé ce mardi. Un nouveau drame qui n’est pas sans rappeler la polémique qui secoue l’Alliance.

Le Révérend Moses Zerai accuse : “Un hélicoptère a accosté des migrants, le samedi 26 mars, et leur a fourni de l’eau potable et des biscuits. Ensuite il a disparu. Il n’a pas envoyé d’aide. Trois jours plus tard, l’embarcation a été survolée par un avion qui s’est approché. Impossible d’identifier la nationalité de l’appareil, mais les passagers affirment qu’il se trouvait à 300 ou 400 mètres d’eux. C’est impossible qu’il ne les ait pas vu”.

Sur les 72 personnes à bord, seules 10 sont toujours en vie après avoir regagné les côtes Libyennes. La porte-parole adjointe de l’Otan, Carmen Romero, rejette ces accusations : “Les navires sous commandement de l’Otan répondront toujours aux appels des bateaux en détresse. C’est leur devoir en mer, en vertue de la loi. Suggérer que nos capitaines pourraient agir autrement est injuste et irrespectueux”.

Le droit maritime international oblige tous les navires à répondre aux alertes d’autres bateaux en détresse et à offrir leur aide, dans la mesure du possible.