DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Consolider les frontières dans le respect de Schengen, enjeu de l'UE

Vous lisez:

Consolider les frontières dans le respect de Schengen, enjeu de l'UE

Taille du texte Aa Aa

Serrage de vis frontalier dans l’Union européenne ou non? Les ministres européens de l’Intérieur ont commencé à entrer dans le vif du sujet, ce jeudi à Bruxelles… Au lendemain du durcissement décidé unilatéralement par le Danemark, la commissaire Cécilia Malmstrom s’est voulue claire:

“C’est seulement en tout dernier ressort, dans des conditions très clairement définies qu’il peut y avoir la possibilité de rétablir les contrôles aux frontières, mais cela doit être règlementé de façon très très précise.”

En plein débat européen sur l’immigration, la décision danoise de rétablir des contrôles à ses frontières avec l’Allemagne et la Suède a jeté un froid. Officiellement, le Danemark affirme qu’il s’agit de lutter contre la criminalité aux frontières et que tout se fera dans les règles de Schengen.

Reste que depuis l’afflux massif des réfugiés du monde arabe, la question est ultrasensible, elle conduit les Européens à s’interroger sur un remodelage des accords Schengen, sous la pression de la France et l’Italie. Les deux pays,

particulièrement touchés par la situation demandent “un renforcement des capacités de réaction de l’Europe face à des situations exceptionnelles”.

Décidé il y a 26 ans par Helmut Kohl et François Mitterrand, le principe de la libre circulation au sein de l’Union est sans doute l’un des acquis les plus symboliques de la construction européenne.

Schengen fut signé en 1985 par 5 des membres de la communauté européenne d’alors et prévoit dès le début la suppression des contrôles douaniers et l’harmonisation des politiques de visas.

En 2011, 22 états membres font partie de Schengen, plus 3 états associés, Islande, Norvège et Suisse. Le Royaume uni et l’Irlande bénéficient d’un statut particulier, ne participant qu‘à une partie des dispositions. Quant à la Roumanie et la Bulgarie, elles sont toujours en attente.

Réintroduire temporairement ou non, des contrôles? L’idée est soutenue par l’Allemagne qui assure qu’une telle réforme permettrait d’accueillir plus facilement dans l’espace de nouveaux pays, comme la Roumanie, si les Etats se sentent “protégés”.

Mais le repli protectionniste, c’est justement tout ce que les bâtisseurs de l’Europe veulent éviter. Le débat est loin d ‘être terminé.