DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Habemus Moretti

Vous lisez:

Habemus Moretti

Taille du texte Aa Aa

On ne l’avait pas vu depuis le Caïman il y a 5 ans (Il caimano), une cinglante critique de l’audiovisuel en Italie, et de Silvio Berlusconi en particulier. Là encore, Moretti s’attaque à un gros morceau puisque ce sont le Vatican, et l‘élection d’un nouveau Pape qui est au centre d’Habemus Papam (“Nous avons un Pape”, en latin).

C’est un monument du cinéma en la personne de Michel Piccoli – 85 ans, un âge papal, qui incarne ce Pape en plein doute. Une fois élu par ces pairs en conclave, il se met à douter de sa capacité à devenir le nouveau souverain pontife… et refuse de faire le discours au balcon du Vatican, Place Saint-Pierre. Panique dans la cité ! Et les cardinaux, ne sachant que faire devant son refus, appelle le meilleur psychanalyste italien, afin d’essayer de comprendre ce qu’il se passe dans la tête du Saint père.

Nanni Moretti et Michel Piccoli

Le film n’a rien d’une charge contre l‘Église catholique et d’ailleurs le film n’a guère reçu de critiques virulentes en Italie, où le film vient de sortir. Moretti n’aborde aucunement les scandales récents liés aux affaires de pédophilie ou de malversations financières. Il s’agit surtout de l’histoire d’un homme en proie aux doutes face à la charge qui l’attend. Comme l’a précisé Michel Piccoli en conférence de presse, cet homme pourrait être aussi bien un homme politique, un chef d’entreprise, ou un père. Le cinéaste a affirmé ne pas vouloir se laisser conditionner par l’actualité, et le film commence d’ailleurs par des images d’archives de l’enterrement de Jean-Paul II.

La psychanalyse et la foi sont-elles compatibles ? Moretti a tendance à répondre par l’affirmative puisque l’introspection du Pape n’est pas une remise en question de ces croyances, mais un repositionnement en tant qu’homme qui refuse d’accepter les fonctions auxquelles il est appelé. Le ton est à la fois grave et léger. Le cinéaste se met en scène dans le rôle du psychanalyste et donne les scènes les plus drôles du film, notamment lorsqu’il organise un tournoi de volley-ball pour les cardinaux qui s’impatientent dans l’attente du discours introductif du Pape. Ce Pape qui ira trouver une solution à son problème dans la ville de Rome, en se confrontant à la vie hors du Vatican, prenant plaisir à réciter du Tchekhov avec une troupe de théâtre ou de manger en arrière-boutique d’un boulanger des croissants tout chauds.

Le dossier de presse de Habemus Papam dédicacé par Nanni Moretti

Moretti nous régale à nouveau avec son regard décalé sur les institutions et son mélange de profane et de sacré. On pouvait s’attendre à plus de mordant de sa part vis à vis de l‘Église, seul bémol à ce film où Michel Piccoli interprète peut-être le dernier rôle de sa vie comme il l’a déclaré en conférence de presse: “Terminer avec Nanni Moretti, c’est parfait”.

*Découvrez notre dossier*

Fred Ponsard à Cannes