DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dominique Strauss-Kahn : ses hauts et ses bas

Vous lisez:

Dominique Strauss-Kahn : ses hauts et ses bas

Taille du texte Aa Aa

Tour à tour, professeur d‘économie, député, avocat d’affaires, ministre de l’Industrie sous les gouvernements d’Edith Cresson et Pierre Bérégovoy, ministre de l’Economie et des Finances sous celui de Lionel Jospin, secrétaire national du parti socialiste, et directeur général du Fonds Monétaire International. Dominique Strauss-Kahn a une brillante carrière. Il est considéré comme l’une des plus éminentes figures politiques européennes en matière d‘économie.

Marié en troisièmes noces depuis 1991 à la journaliste Anne Sinclair, il connaît aussi des déboires. En 1999, il démissionne du gouvernement Jospin après avoir été mis en cause dans plusieurs affaires judiciaires, notamment celle de la MNEF. Il est ensuite blanchi par la justice.

En 2006, l‘épreuve des primaires socialistes en vue de la présidentielle est douloureuse pour l’ancien ministre qui est largement battu par Ségolène Royal.

En 2008, sa carrière à la tête du FMI est menacée après la révélation d’une liaison extra-conjugale avec l’une de ses subordonnées. Mais une enquête interne conclut à l’absence d’abus de pouvoir.

Lors d’un récent séjour à Paris, il est épinglé pour son train de vie après avoir utilisé une voiture de luxe. Après le “bling bling “du président Nicolas Sarkozy, le “bling bling” de Strauss-Kahn, raillent certains.

L’un des proches de DSK dénonce une campagne organisée par l’Elysée contre l’ancien ministre. Une accusation lancée avant l’arrestation du directeur général du FMI.

Avec AFP et Reuters