DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire DSK agite les Grecs

Vous lisez:

L'affaire DSK agite les Grecs

Taille du texte Aa Aa

Premier pays à avoir demander l’aide du FMI pour échapper à la crise et à la faillite, la Grèce avait fait confiance au patron du Fonds monétaire international. Et avec raison, Dominique Strauss-Kahn a su infléchir la politique libérale de l’institution. Il a prôné des plans de relance keynésiens. Ces plans d’aide aux pays en crise ne seront pas affectés par son éventuel départ.

Mais les Grecs sont inquiets.

Ce patron de restaurant à Athènes, par exemple, se demande qui va prendre les mesures pour la Grèce à présent, car le pays n’est pas sorti d’affaire.

Une nouvelle phase dans le processus d’aide à la Grèce doit être abordée. Déjà soumis à un plan d’austérité inédit et à des privatisations par un gouvernement de gauche, les Grecs ont la corde au cou et les manifestations ne changent rien.

L’analyse de Jean Quatremer, journaliste spécialisé dans les questions européennes:

“Pour la Grèce c’est un peu catastrophique.

Pourquoi? Parce que c’est un governement de gauche en Grèce et le Premier ministre Papandréou et son ministre des Finances Papaconstantinou s’appuyaient beaucoup sur le fait que DSK, patron du FMI, était lui-même un homme de gauche, donc ils expliquaient à leur peuple : “regardez, certes c’est dur, mais c’est préparé par un homme de gauche, donc il pense au peuple, il pense au bien des gens”. Et là, brutalement, leur principal soutien leur explose dans les mains.”

Une grande incertitude s’ouvre pour l’avenir car pour l’heure, la Grèce ne semble pas en mesure de maintenir sa trajectoire concernant la réduction des déficits.