DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Photographes à Cannes - 5/8 : "Je peux me transformer en 'runner'"

Vous lisez:

Photographes à Cannes - 5/8 : "Je peux me transformer en 'runner'"

Taille du texte Aa Aa

Pendant tout le festival de Cannes 2011, les photographes postés au tapis rouge, ceux qui rôdent dans les rues de la ville, les éditeurs photos qui travaillent dans l’ombre des paillettes nous racontent leur quotidien… Comment travaille-t-on, comment mange-t-on, comment dort-on à Cannes ? A lire tous les jours : les témoignages de pros de l’agence de photo Getty Images.

Marc Pont, technicien réseau et transmission :

“Globalement on n’a pas trop d’incidents. C’est essentiellement du matériel cassé : un ordinateur qui tombe en panne, ou un serveur qui lâche. Dans ce cas-là, on s’interrompt cinq minutes pour le remplacer. Je passe donc surtout du temps à surveiller. Sur les marches ou les photocalls, tous les photographes prennent tous la même photo. C’est la première photo arrivée qui sera vendue. Je fais donc en sorte que la première photo à partir soit une de nos photos. Malgré tout, le monde des techniciens est un microcosme. On se connaît presque tous entre agences et il y a une bonne solidarité.”

“Dans le feu de l’action, les photographes peuvent être un peu rudes avec le matériel. Si un un câble est coupé, je peux me transformer en “runner” comme on dit. Je prends la carte mémoire des photographes et je cours jusqu’au bureau pour apporter les photos le plus vite possible ! Ça peut être très sportif.”

“A Cannes, je pars une douzaine de jours mais je peux partir jusqu‘à sept semaines, pour les Jeux Olympiques, par exemple. Il faut tout installer avant puis tout désinstaller après. J’aime ce boulot mais on ne profite en fait pas tellement de l‘événement, contrairement à ce que les gens imaginent. En plus, à Cannes, notre bureau est au sous-sol donc on ne voit pas beaucoup la lumière du jour, sauf lors des pauses cigarettes. Ça nous permet de sortir et de voir quelle heure il est. L’ambiance est assez potache, ça aide à tenir la pression.”

“Mes journées commencent au bureau vers 9h. Je suis l’un des premiers arrivés. Je vérifie les sauvegardes de la veille, que le réseau internet et les ordinateurs fonctionnent bien. Puis je travaille sur le premier photocall. La pause déjeuner nous permet de sortir un peu, de discuter. Vous savez ce que c’est : si on est entre garçons on observe la faune féminine et si on est un groupe mixte, on discute des prochains événements. L’après-midi est plus calme… jusqu‘à la première montée des marches. Nous avons cinq positions sur les marches donc ça demande plus de surveillance que le photocall. Puis je rentre au bureau travailler avec les éditeurs puis faire les sauvegardes jusqu‘à 2h du matin.”

“Je n’aime pas déranger les stars qui sont déjà très sollicitées et comme je n’ai de toute façon pas beaucoup de temps… Mais une fois au festival de Venise, j’ai discuté cinq minutes avec Tarantino. Il avait refusé la voiture pour faire 200 mètres et il s’est retrouvé à marcher à côté de moi. C‘était plutôt sympa. Autre surprise cette année à Cannes : lors du photocall du film “Le Havre”, j’ai aperçu dans l‘équipe quelqu’un que je connaissais, un musicien du groupe Little Box Story du Havre.”

“Même si j’aime le cinéma, je préfère quand même travailler sur les événements sportifs. La pression est plus grande pour les photographes : ils ne peuvent pas se permettre de rater une action. Du coup c’est plus intéressant. En plus, nous les techniciens, nous pouvons avoir des positions vraiment privilégiées pour voir les compétitions car nous sommes relativement mobiles, contrairement aux photographes.”


Marc Pont

Marc Pont est technicien réseau et transmission pour Getty Images. Ce festival est son premier festival de Cannes.
Son travail ressemble à celui d’un technicien de support informatique dans un bureau mais dans le cadre d’un événement. Il arrive plusieurs jours avant tout le monde et installe le réseau informatique et internet, les postes de travail ainsi que le câblage qui permet de transmettre les photos directement des appareils des photographes sur les marches et les photocalls aux serveurs de Getty Images ou des clients.
Il commence en 1981 comme électricien en bâtiment puis il évolue dans la téléphonie et enfin l’informatique en entreprise. Bassiste professionnel pendant cinq ans, il intègre ensuite l’agence Pix qui sera rachetée par Getty Images. Il travaille dans la branche “événements majeurs” de Getty Images depuis la Coupe du Monde de Rugby en France il y a quatre ans.
Il aime couvrir des événements sportifs partout dans le monde et apprécie en particulier les challenges et la pression qu’ils impliquent.

Le festival de Cannes sur le site de Wire Image
www.wireimage.com

Le festival de Cannes sur le site de Getty Images
www.gettyimages.com

Découvrez notre dossier

A venir jeudi – Ian Gavan

Ian Gavan est photographe ‘montée des marches’.