DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Photographes à Cannes 6/8 : " Il faut dégainer son inspiration créatrice des grands jours"

Vous lisez:

Photographes à Cannes 6/8 : " Il faut dégainer son inspiration créatrice des grands jours"

Taille du texte Aa Aa

Pendant tout le festival de Cannes 2011, les photographes postés au tapis rouge, ceux qui rôdent dans les rues de la ville, les éditeurs photos qui travaillent dans l’ombre des paillettes nous racontent leur quotidien… Comment travaille-t-on, comment mange-t-on, comment dort-on à Cannes ? A lire tous les jours : les témoignages de pros de l’agence de photo Getty Images.

Ian Gavan, Photographe ‘montée des marches’.

“J’ai dû couvrir la soirée de la maison de Grisogono mardi soir. Je ne suis pas rentré dormir avant 5h du matin, et je travaillais depuis… 11h la veille. Mercredi matin, j’avais une séance de portraits avec un réalisateur et un acteur pour un film avec un titre super long dont je ne me souviens pas tellement j’étais concentré sur mes photos !”

“La soirée de mardi était opulente, dans un endroit magnifique à l’hôtel Eden Roc. Une soirée foisonnante de stars avec, entre autres, Naomi Campbell ou Leonardo di Caprio et pléthore de femmes plus étincelantes de bijoux les unes que les autres. C’était ardu, très long, très stressant… et la sécurité ne rendait pas les choses faciles en étant partout à la fois. Les Black Eyed Peas étaient là et j’ai réussi à faire une série de clichés du concert dont j’étais assez content, jusqu’à ce que les RP (ndrl : Relations Presse) qui sont sensées approuver les photos me refusent d’utiliser tout le set excepté une… Travailler comme un forcené toute la nuit à produire des clichés acceptables dans des conditions d’éclairage ridicules et s’entendre dire simplement « non, celles-là vous ne pouvez pas les utiliser », c’est juste un peu exaspérant…”

“Mercredi matin je n’avais pas à me lever particulièrement tôt, mais je partage une chambre avec un autre photographe qui est tombé du lit et a claqué la porte à neuf heures. Ça m’a réveillé, donc on peut dire que je n’ai pas beaucoup dormi.”

“Côté Festivals, j’ai seulement fait celui de Londres, mais jamais Venise, ou Dubaï, ni aucun autre d’ailleurs. Londres ressemble à Cannes mais c’est moins le chaos. C’est aussi beaucoup plus sous contrôle, alors qu’ici à Cannes on se retrouve facilement à courir dans tous les sens.
Ce sont probablement les deux semaines les plus dures de l’année : Cannes ne laisse aucun répit ; c’est une ligne droite de 14 jours. Le plus souvent on se bat surtout contre la fatigue, tellement c’est dur et exigeant. Mais après ça le soleil brille, on est sur la Côte d’Azur… J’ai même pu voir la mer de loin en loin !”

“Hier j’ai fait un portrait de Linda Cardellini, une actrice américaine plutôt charmante. Dans ces cas-là il faut dégainer son inspiration créatrice des grands jours et parvenir à fabriquer un beau portrait à partir de trois fois rien. Il fallait shooter depuis l’extérieur de l’ascenseur au moment où il arrive sur la terrasse de l’immeuble. Il y avait à cet endroit du verre teinté que j’ai utilisé pour l’intégrer dans le cliché. L’actrice a un caractère avenant et chaleureux, qui m’a beaucoup plu, et je crois que j’ai réussi à capturer un peu cette atmosphère volatile qui m’a beaucoup plu dans ma photo.”

“A Cannes il faut savoir saisir les occasions, réfléchir vite, travailler dans l’urgence, mais c’est gratifiant quand vous obtenez de bons résultats. La pire chose qui puisse m’arriver serait d’avoir un problème technique en plein coup de feu. Imaginez, vous avez Brad et Angelina là, juste devant vous sur le tapis rouge et votre flash explose. Ça, ce serait une totale catastrophe.”


Ian Gavan

Ian Gavan vient de Lancashire en Angleterre, et travaille à Londres. Photographe pour GettyImages, il couvre le festival de Cannes pour la troisième fois.

Le festival de Cannes sur le site de Wire Image
www.wireimage.com

Le festival de Cannes sur le site de Getty Images
www.gettyimages.com

Découvrez notre dossier


A venir vendredi – Bridget Green, éditrice