DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Droits des victimes : Bruxelles veut légiférer


monde

Droits des victimes : Bruxelles veut légiférer

Farniente et sable fin. Des vacances de rêve peuvent tourner au cauchemar en cas d’agression, de vol ou d’escroquerie, à plus forte raison quand cela arrive dans un autre pays que le sien. Pour garantir aux victimes des normes minimales de protection et d’assistance, la commissaire européenne Viviane Reding propose une nouvelle directive, qui s’imposerait aux Vingt-sept.

“ La victime se retrouve au milieu de nulle part, et est victimisée une deuxième fois, et une troisième fois parce que personne ne se soucie d’elle. Cela doit être changé “ , explique la commissaire en charge de la justice.

Parmi ses propositions, il y a le droit à être interrogé dans sa langue, à être informé des suites de l’affaire une fois de retour dans son pays et à recevoir une assistance psychologique. Le fils de Maggie, violamment agressé en Grèce, en a cruellement manqué.

“ Nous avons un service de soutien aux victimes fantastique en Angleterre. Mais le problème dans notre cas était que mon fils avait été agressé à l‘étranger, et que nous n’avions accès à rien parce que nous étions dans un autre pays “ , raconte Maggie Hughes.

Viviane Reding a aussi cité en exemple le système de protection britannique. 30 millions de crimes et délits seraient commis chaque année dans l’Union européenne, seraient, car une bonne partie ne sont pas dénoncés, preuve d’un manque de confiance des victimes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Dominique Strauss-Kahn redemande sa libération sous caution