DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : les " indignados " restent mobilisés

Vous lisez:

Espagne : les " indignados " restent mobilisés

Taille du texte Aa Aa

Ils n’ont pas l’intention de lever le camp et défient la police de les déloger. Ceux qui se font appeler les “indignados”, les indignés, font peu de cas de la décision de la Commission électorale espagnole, qui a interdit les manifestations en ce week-end électoral. En occupant la Puerta del sol, en plein Madrid, depuis quatre jours, ces jeunes disent vouloir imposer le changement :

“ Je n’imagine pas mon avenir en Espagne, parce qu’ici c’est trop dur. J’aimerais voyager à l‘étranger. Donc, je vais poursuivre mes études mais je ne resterai pas en Espagne, c’est certain “ , explique une étudiante.

Dans un pays où le taux de chômage dépasse les 21% et touche quasiment un jeune sur deux, un pays où le salaire minimum est de 641 euros, les revendications sont sociales, mais pas seulement. L’analyste Miguel Murado ose le rapprochement avec le printemps arabe :

“ Je pense que c’est davantage une protestation politique comme celle qui a lieu dans le monde arabe plutôt que ce que l’on voit en Grèce, où il y a clairement un mécontentement face aux mesures du gouvernement. Ici, le gouvernement a fait passer des mesures d’austérité mais c‘était il y a un an, donc ce n’est pas la raison principale. “

Les contestataires disent notamment vouloir une réforme électorale pour en finir avec le bipartisme, tandis que samedi et dimanche, le parti socialiste au pouvoir devrait essuyer une sévère défaite aux élections municipales et régionales. Le chef du gouvernement a quant à lui joué l’apaisement en se disant compréhensif.