DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise de la dette : les craintes d'une contagion

Vous lisez:

Crise de la dette : les craintes d'une contagion

Taille du texte Aa Aa

Parmi les pays qui risquent de se retrouver en première ligne dans le sillage de la Grèce, il y a l’Espagne. Politiquement, les socialistes au pouvoir sont déjà très affaiblis. Le raz-de-marée conservateur aux régionales leur laisse peu de marge de manoeuvre.

Le Portugal a, lui, dû recourir à l’aide de l’Union européenne et du FMI début avril. Le Premier ministre José Socrates n’avait pas réussi à faire passer son plan d’austérité. Et des législatives anticipées ont été convoquées pour le 5 juin. Mais à Bruxelles, on réfute l’idée de sacrifices politiques :

“ Ces gouvernements ont compris la nécessité de progresser dans la consolidation fiscale, en intensifiant les réformes structurelles et en mettant fin à des situations comme par exemple la situation du secteur bancaire en Irlande. Quand les gouvernements de ces pays décident de faire cela, ils ne pensent pas aux prochaines élections, ils pensent à moyen et à long-terme et à l’avenir de leurs économies “, explique un porte-parole de la Commission.

L’Irlande, elle aussi bénéficiaire d’un plan de secours, a changé de Premier ministre, mais la fronde populaire est toujours aussi vive. Et dans ces trois pays, le coût de la dette ne cesse de s’alourdir, avec des taux d’intérêts gonflés par la méfiance grandissante des marchés.