DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Grèce : coup d'envoi du programme de privatisations


Grèce

Grèce : coup d'envoi du programme de privatisations

L’Union européenne a salué mardi le plan de redressement présenté la veille en Grèce par le gouvernement Papandreou, prévoyant des privatisations immédiates. La Grèce tente toujours d‘éviter une restructuration en accélérant son programme de privatisations. Les nouvelles mesures budgétaires prises par le conseil des ministres lundi représentent une économie de 5 milliards d’euros. Parallèlement, la grogne sociale est encore montée d’un cran.

“Il y a une explosion sociale qui est en train de se former, aussi longtemps que la politique décidée contiendra des mesures anti-populaires, affirme Ilias Iliopoulos, le secrétaire général d’un des plus puissants syndicats grecs. Il y aura une résistance publique accompagnée d’un phénomène incontrôlable”.

Athènes négocie le versement de la cinquième tranche du prêt de 110 milliards d’euros que lui ont consenti l’Union et le FMI en mai 2010.

L’accélération du plan de privatisations va de pair avec l’obtention de cette tranche. Athènes va donc vendre une part du capital de OTE Telekom, leader du secteur. Le programme de privatisation touchera également Hellena Postbank la poste publique, OSE, la compagnie ferroviaire, les ports du Pirée et de Thessalonique, ainsi que la compagnie des eaux de Thessalonique.

La Grèce doit faire face à un défi inédit : récupérer 50 milliards d’euros des revenus de la privatisation d’ici 2015.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Rétromachine : "Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine..."