DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La recherche progresse contre la maladie d'Alzheimer


Sci-tech

La recherche progresse contre la maladie d'Alzheimer

C’est à l’Académie des sciences de Budapest en Hongrie qu’a été décerné récemment le prix de l’inventeur européen de l’année. Cette cérémonie est organisée conjointement depuis 2006 par la Commission européenne et par l’Office européen des brevets. Un jury international a sélectionné 15 projets appartenant aux secteurs de la recherche médicale, des technologies de l‘énergie ou des solutions environnementales. Présent à la cérémonie, le président hongrois à rendu hommage à ces hommes et femmes qui contribuent au progrès.

Dans la catégorie recherche, le prix a été attribué à la Belge Christine Van Broeckhoven pour ses travaux sur la maladie d’Alzheimer. Cette généticienne utilise l’ADN pour comprendre ce qu’il se passe dans le cerveau et pour déterminer en particulier le lien entre la disparation massive de cellules cérébrales et la démence. Cette méthode pionnière d’identification des gênes d’Alzheimer ouvre la voie à des traitements nouveaux permettant de combattre une maladie dont souffre de nombreuses personnes âgées. “ Dans le processus de vieillissement, chacun commence à perdre de plus en plus de cellules. Quand vous regardez la peau, vous pouvez facilement reconnaître une personne qui est dans un processus de vieillissement. Évidemment, on ne peut pas voir le cerveau mais si on le pouvait, vous verriez qu’il perd aussi des cellules. C’est ce qui provoque les problèmes de mémoire. Ce que nous pouvons faire en tant que scientifiques est d’essayer d’interférer avec le processus de la maladie. Dans un premier temps, nous voulons ralentir ce processus. Dans un second temps, on peut espérer le stabiliser à un stade où les personnes âgées peuvent continuer à mener une vie normale. Et tôt ou tard, peut-être serons nous en mesure d’empêcher la perte massive des cellules cérébrales et faire en sorte que les gens ne souffrent plus de démence », explique la lauréate Christine Van Broeckhoven.

Dans la catégorie des pays non européens, le prix de l’inventeur a été attribué à deux scientifiques américains d’origine indienne : Ashok Gadgil et Vikas Garud ont conçu un dispositif de désinfection de l’eau par ultraviolets. Alors qu’un 1 milliard de personnes n’ont pas accès à l’eau potable, cette invention pourrait apporter une solution simple et peu chère à une préoccupation mondiale. Ashok Gadgil nous fait une démonstration : « L’eau pénètre par ici. Elle va dans l’appareil, coule sous la lampe à UV. Après avoir été irradiée par les rayons ultraviolets, elle ressort par ici, désinfectée.

Cet appareil pèse moins de 7 kilos. Il a besoin d’une ampoule UV de 40 watts pour désinfecter 1000 litres d’eau par heure. Il peut être alimenté en énergie par une batterie de voiture ou un panneau photovoltaïque”.

A Budapest, il fut question aussi de l’harmonisation des brevets à l‘échelle de l’Europe. Aujourd’hui, chaque brevet doit être approuvé par un bureau national. Un projet propose une unification des brevets qui concernerait les 27 États membres de l’Union ainsi que 11 autres pays européens. “ Une fois que le brevet européen aura été livré en une seule démarche auprès de l’Office européen de brevets, vous aurez une protection dans les pays qui participent a ce projet communautaire”, explique Benoit Battistelli, président de l’Office Européen de brevets. Ce projet devrait permettre de simplifier le système européen des brevets. Il gagnera aussi en transparence et sera moins coûteux.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Un nouveau système de gravure par laser pour lutter contre la contrefaçon

innovation

Un nouveau système de gravure par laser pour lutter contre la contrefaçon