DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Baïkal, lieu sacré du sud de la Sibérie

Vous lisez:

Baïkal, lieu sacré du sud de la Sibérie

Taille du texte Aa Aa

Le lac de Baïkal, connu aussi comme la “Perle de Sibérie”. Sa faune est très riche et variée. 1550 espèces d’animaux s’y côtoient, dont les deux tiers n’existent nulle part ailleurs. Malgré les menaces du temps, le lac a conservé sa pureté, dûe en partie à l’absence de tourisme de masse.
 
“Nous avons environ 30.000 visiteurs par an, essentiellement des adeptes du tourisme de l’extrême, dans la mesure où les routes et les infrastructures des hôtels sont jusqu‘à présent assez mal développées. Tout le monde trouve quelque chose de spécial sur le Baïkal, quelque chose de personnel. Certains viennent pour admirer son caractère unique, d’autres viennent pour la pêche, ou pour se détendre en famille, ou à des fins scientifiques. L’objectif est différent pour chacun“ explique Mikhail Ovdin, directeur du Trans-Baikal National Park.
 
Avant de s’approcher du rivage, il nous faut marquer l’arrêt à un sanctuaire de forêt pour apaiser les esprits du gardien du lac et lui faire l’offrande de poisson, de lait et de vin.
 
L’existence de bons et mauvais esprits répandus dans le monde visible est l’essence même du chamanisme, une croyance très répandue chez les peuples de Bouriatie. Lors de leur grand-messe, les chamans entrent dans une transe extatique pour communiquer avec les esprits et recevoir les orientations du royaume surnaturel.
 
“Le chamanisme est la croyance traditionnelle de notre peuple, le peuple bouriate, que nos ancêtres transmettent depuis des temps immémoriaux, et que nos enfants, je crois, continueront d’inculquer après notre mort. Baïkal est l’un des lieux les plus saints pour les chamanistes de Sibérie. La nature et l’esprit du lac sont pleins d‘énergie qui lie n’importe quelle personne et tous ses descendants à la force globale de l’univers, de la terre et des peuples” affirme Bair Zyrendorzhiev, responsable d’une association de chamanisme de Bouriatie.
  
En hiver, le lac sacré, dont la surface totale équivaut à celle de la Belgique, est complètement recouvert de glace. Il en subsiste encore un peu jusqu‘à la fin du mois de mai, mais la fraîcheur demeure dans le secteur presque toute l’année, situation idéale pour sa faune et sa flore très diversifiée.
 
La côte du lac qui s‘étend le long d’une faille tectonique est parsemée de sources d’eau chaude. Bien connues pour leurs pouvoirs de guérison, elles contribuent à attirer des milliers de curieux depuis des siècles.
 
La tranquillité et la sérénitié des lieux résonnent dans une autre religion importante de Bouriatie. Le bouddhisme tibétain co-existe avec le christianisme et le chamanisme un peu partout dans la république et sa capitale Ulan-Ude.
 
“Bien entendu, il y a des conflits d’intérêt entre chamanistes et bouddhistes au niveau des dirigeants de ces organisations. Mais pour la majeure partie des gens, cela importe peu. Ils viennent aussi bien chez les bouddhistes que les chamanistes quand ils ont besoin de conseils. Le plus important pour eux maintenant est de vivre en harmonie mutuelle”, déclare Anatoliy Zhalsarayev, spécialiste des religions.
 
Des traditions et croyances anciennes ont influencé le bouddhisme apparu ici au 17ème siècle.
Aujourd’hui, les bouddhistes de Bouriati vénèrent la nature vierge et intacte de Baïkal, comme un lieu sacré pour toute l’humanité.