DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Hosni Moubarak : grandeur et décadence


Egypte

Hosni Moubarak : grandeur et décadence

Le 11 février dernier, le destin d’Hosni Moubarak est scellé. A bord de cet hélicoptère, sous les yeux incrédule de la population massée devant son palais, il abandonne le pouvoir, son rang, ses richesses, sa vie.

Après trente ans de règne sans partage sur l’Egypte,le président déchu, 82 ans, n’a d’autre choix que la fuite, et se préparer à affronter sa population. L’annonce hier de son procès a rencontré guère de compassion dans les rues du Caire. “Il doit être jugé, que ses actions soient bonnes ou mauvaises, il doit être jugé sur les faits, c’est son droit explique cet homme. Mais il doit comparaître pour les fautes qu’il a commises.”

“Il mérite une sévère punition et ce n’est pas suffisant de l’envoyer devant une cour criminelle car il nous a volé pendant 30 ans, il a volé nos vie, il a volé la santé du pays” s’indigne cette femme.

En janvier, la rue égyptienne emboîte le pas de la révolution tunisienne qui vient de faire chuter Ben Ali.

Au fil des jours, les manifestants réclament plus de liberté, plus de démocratie, une hausse du niveau de vie et les appels au départ de Moubarak se multiplient. La place Tahrir devient le symbole de cette révolution.

Après trois semaines de mobilisation, c’est la chute du raïs mais les Egyptiens veulent que justice soit faite. En avril, ils redescendent dans la rue pour exiger que l’ex-président soit jugé.

Ainsi lui et ses deux fils, Gamal et Alaa seront traduits en justice, accusés d’enrichissement illicite et mis en cause dans les violences contre les manifestants anti-régime.

L‘épouse et mère, Suzanne, est aussi sous le coup d’une enquête concernant sa fortune estimée à plusieurs dizaines de milliards de dollars et amassée au cours de ces trois décennies.

C’est derrière ces murs de la prison de Tora que les deux fils Moubarak sont enfermés. Ils sont accusés de corruption et d’avoir payé des hommes pour tuer les manifestants.

Le bilan de la révolution est lourd, plus de 800 morts, celui de ces trente dernières années aussi. Les Egyptiens ne pardonnent pas à cette famille de s‘être, disent-ils, enrichis sur leur dos. La pauvreté et le chômage n’ont pas cessé d’augmenter ainsi que les inégalités sociales.

Si pendant des années Hosni Moubarak a symbolisé la grandeur du pays et la stabilité, pour la nouvelle génération, il incarne l’arrogance du pouvoir. Pour ces jeunes, pas question qu’il échappe à son sort.

Puissant parmi les puissants il y a encore peu, Moubarak sera jugé comme un vulgaire criminel et risque la peine de mort.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

L'Allemagne préoccupée par la propagation d'une bactérie dangereuse, l'escherichia coli