DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ratko Mladic, portrait

Vous lisez:

Ratko Mladic, portrait

Taille du texte Aa Aa

La carrière militaire  du commandant Ratko Mladic a démarré lorsqu’il a été nommé général à la tête de l’armée serbe de Bosnie en 1992, une fonction qu’il occupera pendant la guerre qui a déchiré l’ex-yougoslavie. Les crimes qui lui sont reprochés par le Tribunal Pénal International se sont produits à cette période.
 
Mladic doit tout à Karadzic, lui, le bras armé du chef politique des Serbes de Bosnie qui l’a propulsé à la tête des hommes chargés d’appliquer le programme d‘épuration ethnique contre les croates et les musulmans.
  
En 1992, l’Europe découvre l’horreur dans son propre jardin, un passé criminel et barbare qui resurgit de la seconde guerre mondiale. Les détenus d’Omarska étaient accusés par le gouvernement serbe d’activités paramilitaires, parmi eux, de très jeunes hommes.
 
Mladic a orchestré, sur le plan militaire, le siège qui a conduit à la déstruction de la ville de Sarajevo. 43 mois de combats entre les serbes et l’armée de Bosnie- herzégovine et 12 000 tués dont de nombreux civils par les snipers de Mladic.
 
Mais le génocide le plus grave aux yeux de la justice est celui de massacre de Srebrenica sous protection des forces de l’ONU, impuissantes. Les hommes de l’enclave musulmane de plus de 12 ans étaient fusillés et enterrés dans des fosses communes. Des charniers découverts après la guerre.