DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Milan, Naples : la gauche savoure sa victoire

Vous lisez:

Milan, Naples : la gauche savoure sa victoire

Taille du texte Aa Aa

Ils prédisent le début “d’une avalanche qui emportera “Il Cavaliere”“. Rassemblés place de la cathédrale du Dôme à Milan, les sympathisants de l’avocat Giuliano Pisapia se réjouissent sur fond de chants traditionnels milanais. Leur candidat obtient 55,10% des suffrages aux municipales à Milan.

Ex-communiste soutenu par le centre gauche et qui a choisi pour slogan de campagne “la force gentille pour changer Milan “, Giuliano Pisapia s’impose donc dans la capitale économique, ancien fief de la droite et ville natale de Silvio Berlusconi. “Nous avons libéré Milan”, dit-il, savourant ses 10 points d’avance sur la maire sortante Letizia Moratti.

A Naples c’est Luigi de Magistris du parti Italie des Valeurs qui l’emporte avec 65.37% des suffrages. A 43 ans, l’ancien juge anti-corruption, en ballotage défavorable à l’issue du premier tour, est le nouveau maire de Naples, autre place économique que la droite entendait ravir.

Le revers électoral est donc manifeste pour Silvio Berlusconi et son parti. Le chef du gouvernement affiche toutefois l’optimisme : “Chaque fois que je perds, je décuple mes forces” déclare-t-il depuis Bucarest, misant sur une majorité “unie et déterminée”.

Le risque de rupture d’alliance entre son parti le Peuple de la liberté et la Ligue du Nord, qui lui assure une majorité parlementaire, demeure cependant.