DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Concombre : du légume vert à la bête noire

Vous lisez:

Concombre : du légume vert à la bête noire

Taille du texte Aa Aa

Vous les avez peut-être remarqués, avec leur air abandonné sur les marchés. Ce sont les concombres, les mal aimés. Le légume vert, devenu bête noire dans toute l’Europe, comme ici à Paris :

“Plus personne n’en achète, explique Victor Miranda, un maraîcher . Même s’ils viennent de France et pas d’Espagne, personne ne veut en manger. C’est simple, d’habitude on vend chaque jours 100 concombres, et là c’est juste deux ou trois par jours.”

Ici en Italie, il ne s’appelle plus concombre, mais la phobie du Cetriolo est bien réelle aussi. Une petite mais non moins dangereuse bactérie a suffit à le faire disparaitre des salades grecques

“Des concombres ? Je n’en achète plus, parce que j’ai peur”, témoigne une femme.

Direction l’Autriche. Nous sommes tout près de l’Allemagne, où l’essentiel des décès a été constaté. Alors forcément, les services de santé publics sont en alerte. Pamela Rendi-Wagner est la directrice général de médecine et santé publiques : “Nous observons la situation en Autriche. Jusqu‘à présent il y a des cas venus d’Allemagne. Ils ont été diagnostiqués la semaine dernière, mais les patients vont bien, ils sont sortis de l’hôpital. Ils n’ont pas eu de complications.”

Fin de ce tour d’Europe en Russie, où là non plus, il n’y a pas de pitié pour les concombres étrangers : “S’il y a une interdiction, c’est une bonne chose, car si les gens sont empoisonnés…”, souilgne un consommateur sur un marché.

La Russie a interdit les importations de plusieurs légumes allemands et espagnols. Une mesure qui pourrait s‘étendre à toute l’UE.