DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

E.coli : toujours aucun indice sur l'origine de l'épidémie

Vous lisez:

E.coli : toujours aucun indice sur l'origine de l'épidémie

Taille du texte Aa Aa

Le concombre espagnol est désormais blanchi. Mais la question de l’origine de la contamination reste entière. Si la bactérie E.coli a bien été retrouvée sur deux concombres espagnols, il ne s’agissait pas de la souche qui a causé la mort de 17 personnes.

A Bruxelles, le commissaire en charge de la Santé, John Dalli, s’est pourtant voulu rassurant :

“ D’après les dernières informations venues d’Allemagne, il apparaît que l‘épidémie décline. Moins de personnes ont été hospitalisées ces derniers jours que les précédents. Gardons aussi à l’esprit les efforts réalisés pour déterminer les sources possibles de la contamination. En attendant, nous considèrerions disproportionnée toute interdiction sur quelque produit que ce soit. “

Après la crise sanitaire, c’est une vraie crise diplomatique qui s’est ouverte. L’Espagne, dont les concombres ont été accusés par la région de Hambourg, en Allemagne, d‘être le vecteur de l’infection, envisage de porter plainte. La ministre de l’Agriculture, Rosa Aguilar, réclame aussi des compensations européennes pour ses producteurs :

“ Nous allons demander à l’Allemagne qu’elle réponde de ses responsabilités pour les dommages injustes et indûment causés à nos produits. Nous demanderons à ce que le secteur espagnol soit indemnisé de manière adéquate en fonction des dommages causés, qui sont considérables. Et d’autre part, nous devons récupérer notre marché. “

Plus de 1.500 cas confirmés ou suspects ont été signalés dans toute l’Allemagne, en Europe et même aux États-Unis. Mais tous les malades ont transité par l’Allemagne. Un test vient d‘être mis au point pour détecter la bactérie dans les aliments.