DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Libye : l'ONU accuse le régime et l'opposition de crimes de guerre

Vous lisez:

Libye : l'ONU accuse le régime et l'opposition de crimes de guerre

Taille du texte Aa Aa

Des centaines de personnes se trouvaient aux abords de l’hôtel au moment de l’explosion qui par miracle n’a fait aucune victime.

Clients, journalistes de passage, diplomates, et insurgés appartenant au conseil national de transition libyen, tous ont été surpris par la violence de la déflagration survenue dans le parking du Tibesti mercredi soir à Benghazi, le fief de l’insurrection.

Et c’est dans ce contexte pour le moins chargé que le ministre libyen du pétrole, Choukri Ghanem, a fait part de son intention de rejoindre la rébellion et combattre “pour un état démocratique”.

A peine quelques heures plus tôt, l’OTAN faisait savoir de son côté que la mission de l’alliance en Libye serait finalement prolongée de 90 jours. Elle était censée s’achever à la fin du mois de juin.

L‘étau se resserre donc encore un peu plus autour de Mouammar Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, et accusé, au même titre que les forces de l’opposition, de crimes de guerre, par une commission d’enquête de l’ONU. Le départ du leader libyen ne fait pas partie en revanche des revendications actuelles des Nations Unis.

Quant aux raids aériens, il se sont intensifiés ces dernières jours, à l’image de ceux qui ont frappé la capitale dans la nuit de mardi à mercredi.