DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jorge Semprún, une vie au service des idées et des lettres

Vous lisez:

Jorge Semprún, une vie au service des idées et des lettres

Taille du texte Aa Aa

Jorge Semprún aura été l’un des grands témoins, penseurs et activistes du XXème siècle. Il est mort ce mardi soir à Paris à 87 ans.

Homme de lettres essentiellement en langue française, scénariste, il a aussi été ministre de la Culture en Espagne, son pays d’origine, dans le gouvernement socialiste à la fin des années 80.

Mais l’homme était surtout un Européen convaincu. Il en avait parlé sur euronews : “nous offrons aux jeunes européens des choses qui les intéressent énormément et qu’ils mettent en pratique comme les bourses Erasmus, les échanges universitaires, les voyages en tout genre… Mais tout cela reste très terre-à-terre. Nous ne leur offrons pas ou nous ne savons pas leur offrir jusqu‘à présent un projet commun, global. Pourquoi l’Europe? Qu’est-ce que l’on fait? Que signifie l’Europe? Ce n’est pas seulement des voyages Erasmus ! Il faut que ce soit quelque chose de plus profond”.

Cette conviction européenne, il l’a forgée au fil du siècle passé, avec son expérience politique et personnelle : le communisme, la résistance durant la Seconde Guerre mondiale, la déportation au camp de Buchenwald. A la libération, il poursuit ses engagements au sein du parti communiste espagnol, tout en résidant en France. Ce parcours constitue le fond de toute son oeuvre littéraire et cinématographique.

Parmi les hommages qui affluent, celui du Premier ministre espagnol, José Luis Zapatero, pour qui Semprún était “un militant des libertés, de la culture et de la pensée”.