DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Il y a un manque de volonté de l'Union européenne de coopérer avec la Turquie"

Vous lisez:

"Il y a un manque de volonté de l'Union européenne de coopérer avec la Turquie"

Taille du texte Aa Aa

Après la victoire de leur parti Parti aux législatives, des milliers de partisans du Parti pour la justice et le développement se sont réunis devant le siège de l’AKP, dans le centre-ville de la capitale Ankara.

Notre correspondant, Bora Bayraktar était parmi eux. Il s’est entretenu avec Egemen Bagis, ministre d’Etat chargé des négociations avec l’Union européenne.

Euronews

Votre parti s’est concentré sur une modification de la constitution destinée à compléter et à faire avancer le processus de réforme en Turquie. Mais l’AKP n’a pas pu obtenir la supermajorité. Par conséquent, vous ne serez même pas en mesure de passer par un référendum. Quel impact cela aura-t-il selon vous sur le travail que vous avez entrepris en vue de cette nouvelle Constitution?

Egemen Bagis

Si les partis d’opposition tiennent leurs engagements, et ils ont promis de le faire durant leur campagne électorale, nous serons alors en mesure de nous réunir et de coopérer pour établir ensemble une nouvelle constitution.

Euronews

Pensez-vous que le résultat de cette élection sera un avantage pour la Turquie dans son processus d’adhésion à l’Union européenne?

Egemen Bagis

Durant la campagne électorale, ni l’AKP, ni les partis d’opposition n’ont utilisé ou voulu tirer avantage de ce processus d’adhésion à l’Union européenne. Au contraire, ce processus tient un rôle très important en Europe. J’espère que les partis politiques européens tireront une leçon du message délivré par nos partis d’opposition. Et j’espère que nos collègues européens nous aideront à convaincre nos concitoyens de retrouver confiance dans l’Union européenne. Malheureusement, il y a un manque de volonté de l’UE de coopérer avec la Turquie, concernant notamment l’obtention de visas, la question chypriote et la lutte contre le terrorisme. Il est temps pour l’Union européenne de rassurer la Turquie sur ces questions.