DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Team Astana : l'étendard du Kazakstan sur les routes

Vous lisez:

Team Astana : l'étendard du Kazakstan sur les routes

Taille du texte Aa Aa

Gravir des sommets, avaler les kilomètres, pédaler des heures sous une chaleur étouffante… L‘équipe Astana n’a pas économisé ses efforts lors du critérium du Dauphiné. Car l’objectif est trop important : être fin prêt le 2 juillet pour le coup d’envoi du tour de France. Après les années glorieuses de l‘ère Contador, la formation kazakhe arrive sur la Grande Boucle avec de nouvelles ambitions.

Rage de vaincre, sacrifice, courage…. Telle est la philosophie de l‘équipe Astana. Plus qu’une façon de voire leur sport, c’est une façon de voir la vie. Mais quel est le donc secret de cette formation devenue l‘étendard du Kazakhstan sur les routes? Son directeur sportif, Lorenzo Lapage, loue l‘état d’esprit : « On a beaucoup moins de stress de la part du sponsor parce qu’on ne fait pas de la publicité pour une marque. De plus, c’est une équipe qui a une grande fierté. Quand tu intègres cette équipe, tu te sens rapidement Kazakh. Et je sais ce que je dis puisque je suis Belge ».

Se sentir Kazakh dès que l’on enfile le maillot bleu ciel et jaune, autrement dit les couleurs de la république du Kazakhstan. Jamais auparavant, une équipe cycliste n’avait été sponsorisée par un pays. Depuis d’autres nations ont suivi l’exemple. L‘équipe Astana est née en 2007 avec des objectifs bien définis comme nous l’explique son directeur commercial, Aidar Makhmetov : “ Les objectifs étaient de promouvoir le pays, de développer le cyclisme au Kazakhstan mais aussi de remporter les plus grandes compétitions comme le tour de France. Les victoires nous permettent de gagner en popularité et en attractivité, non seulement au Kazakhstan mais aussi au delà des frontières ».

Alberto Contador parti à la Saxo Bank, l‘équipe doit composer sans le dernier vainqueur du Tour. Même si les objectifs sont revus à la baisse, la Team mise cette année sur son collectif, emmené par un certain Alexandre Vinokourov : « Soyons réalistes. Il sera sans doute difficile de remporter le Tour en individuel. Mais on peut finir en tête du classement par équipes. Je pense qu’on a les moyens d’atteindre cet objectif », explique Aidar Makhmetov.

La solidarité dans l’effort et le sacrifice. Tel est le secret de la Team Astana dont les couleurs symbolisent la bataille. Pas étonnant qu’Alexandre Vinoukorov ait été désigné leader de cette équipe. Il a depuis longtemps dans le peloton une réputation de guerrier. “J’ai toujours eu un caractère d’attaquant et de combattant », revendique-t-il. « J’essaie d’attaquer tout le temps dans n’importe quelle situation”.

Alexandre Vinokourov va s‘élancer sur son dernier tour de France avec la rage de vaincre qui le caractérise depuis si longtemps. A 37 ans, il a encore soif de victoires. « J’espère porter le maillot quelques jours et gagner une belle étape en montagne. Pourquoi pas le podium mais ce sera difficile ».

Après avoir terminé troisième sur le critérium du Dauphiné, Alexandre Vinokourov peut espérer finir dans le Top 10 du Tour de France. Et après l’arrivée sur les Champs-Élysées, quels seront ses prochains défis? Le coureur kazakh en a déjà quelques uns en tête : « Je veux me concentrer sur les jeunes Kazakhs qui arrivent dans l‘équipe. J’espère qu’on va retrouver dans les années a venir un autre Vinokourov ou quelqu’un encore plus fort”.

Alexandre Vinokourov a prévu de faire ses adieux sur le tour de France. Mais avant de tirer sa révérence, il espère faire gagner à son équipe Astana un maximum d‘étapes. Lui, rêve d’une victoire en montagne qui serait un formidable clin d’œil à sa réputation de gagneur.

Le monde du cyclisme, lui, le remercie déjà pour sa formidable carrière.