DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

dette grecque : l'Europe cherche la formule pour une rallonge

Vous lisez:

dette grecque : l'Europe cherche la formule pour une rallonge

Taille du texte Aa Aa

C’est désormais unanime. Un nouveau plan d’aide à la Grèce est inévitable. Le FMI et l’Union européenne vont remettre la main à la poche. Mais les pays européens divergent sur la contribution du secteur privé. L’Allemagne veut demander aux banquiers, aux assureurs et aux fonds d’investissement d’allonger la durée de leurs prêts à la Grèce. Autre option : leur demander de s’engager à acheter de nouvelles obligations lorsque les actuelles arriveront à terme :

“Je l’ai déjà dit : toutes les options sont sur la table” , a lancé laconiquement le président de l’Eurogroupe, Jean-Claude Juncker, en arrivant à la réunion.

Les ministres des Finances sont en quête de la formule qui contentera le plus grand nombre. Sur une rallonge de 80 milliards d’euros, 25 milliards seraient assurés par le secteur privé. Pour cet universitaire grec, ce sera au final une restructuration de la dette qui ne dit pas son nom :

“Je pense que c’est un échec collectif sur le plan de la coordination. Il s’agit ici de tenter de trouver des euphémismes pour des choses desquelles ils ne veulent pas parler honnêtement, à commencer par une restructuration de la dette. Maintenant, ils utilisent de nouveaux termes pour cela : rollover, reprofilage. On croirait plutôt à un colloque linguistique qu‘à une tentative des ministres des Finances d’arriver à quelque chose” , explique Yanis Varoufakis.

Quant aux marchés, ils observent cela avec défiance, car quelque soit l’option choisie, les investisseurs privés vont y laisser des plumes et il y aura risque de contagion. Standard&Poors vient de rabaisser la note de la dette grecque au triple C.