DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Syriens en fuite racontent la mort et la peur

Vous lisez:

Les Syriens en fuite racontent la mort et la peur

Taille du texte Aa Aa

Dans les quatre camps de réfugiés installés en Turquie, ils sont déjà 7000, des Syriens qui décrivent les exactions de l’armée syrienne. Ses soldats multiplient les arrestations dans les localités voisines de Jisr al Choughour, après avoir repris la ville proche de la frontière turque. Troupes et blindés ont pris la direction de Maarat al Nouman, autre ville gagnée par la contestation. Les réfugiés disent que les hommes entre 18 et 40 ans sont arrêtés par centaines.

Darwish est sur les routes, depuis qu’il a déserté l’armée le 14 mai : “J’ai vu des morts et des blessés. J’ai aidé des gens blessés à monter dans des camions et à traverser et finalement je suis passé moi aussi en Turquie.”

Au détour d’une rue, une voiture de mariée. Autre décor, autre point de vue. C’est Sumeyla, la Syrienne, qui est venue en Turquie épouser un lointain cousin. Elle dit qu’elle n’a rien vu lors de son voyage. Sumeyla pense que ce sont des étrangers qui viennent semer le désordre en Syrie :

“Nous aimons le président. Nous aimons Bachar al-Assad.” Si la plupart des médias internationaux sont interdits en Syrie, les vidéos amateurs continuent à témoigner des manifestations.

Depuis le 15 mars, plus de 1.200 opposants sont morts et 10.000 autres ont été arrêtés en Syrie, selon des ONG.