DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce, une crise sans véritable porte de sortie

Vous lisez:

Grèce, une crise sans véritable porte de sortie

Taille du texte Aa Aa

Ce matin devant l’Acropole, les touristes ont eu la mauvaise surprise de trouver porte close. En grève, comme les banques, la poste, ou les ferries.

Cette journée de grève générale n’arrangera pas la situation de la Grèce. Les plans de rigueur du gouvernement Papandréou non plus, selon les économistes. “Les mesures à venir, comme les actuelles, seront permanentes, remarque Thanassis Mylonas, une enseignante. Les gens n’auront pas d’autres moyens d’action que les grèves et les rassemblements.”

La rigueur affaiblit une économie en mauvais état, en 2011 on estime que l’activité va reculer de 3%.

Dans les rangs du parti socialiste du Premier ministre, c’est la grogne. Mardi soir un député socialiste a démissionné, un autre menace de voter contre le plan budgétaire, à la fin du mois. Un coup dur, sachant que ce vote est indispensable pour obtenir le versement de la cinquième tranche du prêt accordé par le FMI et l’UE l’an dernier.