DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Il est impossible de prévoir le dénouement de la crise grecque", Ladwa ETX Capital

Vous lisez:

"Il est impossible de prévoir le dénouement de la crise grecque", Ladwa ETX Capital

Taille du texte Aa Aa

Euronews :

“La Grèce fait les titres de l’actualité depuis un bon moment maintenant. On sait que le pays est à deux doigts de la faillite, on sait que le pays a besoin d’une aide urgente. Qui est le vrai perdant dans tout ça ?

Manoj Ladwa

Je pense que tout le monde va perdre en Europe si la Grèce fait défaut. C’est à peu près la crise bancaire de 2008 une fois de plus, si la Grèce s’engage sur la voie d’un défaut de sa dette souveraine. Malheureusement, le peuple grec a beaucoup investi dans ses propres banques. C’est aussi le cas d’un certain nombre de banques étrangères qui sont très largement investies dans le système bancaire grec. Nous avons constaté ces derniers jours que les banques françaises ont une exposition en augmentation, c’est pourquoi nous assistons aussi à des commentaires négatifs d’agences de notation sur les banques non grecques. Malheureusement, ce problème est à l‘échelle européenne, il ne concerne pas seulement la Grèce.

Euronews

Il est évident que la population grecque doit souffrir beaucoup étant donné les réductions budgétaires massives. Qu’est-ce que les citoyens grecs doivent attendre de leur gouvernement à l’avenir ?

M. Ladwa

Malheureusement, il semble que les citoyens grecs vont être sous la menace de mesures d’austérité accrues tels que la réduction des dépenses publiques et une augmentation des impôts. C’est principalement parce que dans le but de soulager la situation de sa dette, le gouvernement grec n’a pas besoin de mettre en œuvre près de 80 milliards d’euros de réductions. Il doit se prononcer sur ce sujet d’ici juillet et il a besoin de mettre en place un plan de cinq ans, sinon le défaut est la seule autre option et il deviendra beaucoup plus difficile pour la Grèce, en tant que pays de faire des affaires.

Euronews

Moody’s a placé trois banques françaises sous surveillance négative en raison de leur exposition à la Grèce. Les banques allemandes sont probablement dans une situation similaire. En règle générale quel niveau de risque y a-t-il pour les investisseurs en Europe ?

M. Ladwa

Il est assez important. Nous savons que certaines banques allemandes ont réduit leur exposition comme la Deutsche Bank – dans leurs comptes elle est proche de zéro. Certaines banques allemandes ne sont pas aussi exposées que les banques françaises, et c’est pourquoi on assiste à cette menace de Moody’s. C’est aussi le cas de certaines

banques au Royaume-Uni qui ont un niveau significatif d’exposition et cela a presque un effet domino sur ces pays. Donc, si quelque chose se passe en Grèce et si la situation évolue comme ça a déjà été le cas, il va y avoir un effet domino dans le reste de l’Europe.

Euronews

Dans le passé, les investisseurs ont essuyé la “crise Tango”, la “crise Tequila” et beaucoup d’autres. D’une manière ou d’une autre, ces crises ont été surmontées finalement. Appelons le problème grec la “crise Sirtaki”, combien de temps encore allons nous danser cette danse ?

M. Ladwa

C’est très difficile à dire pour le moment parce que nous voyons le taux de rendement de ​​la dette grecque grimper un peu plus haut chaque jour. L’assurance sur un défaut de la dette, les fameux CDS continuent de grimper également. On ne voit pas encore le bout du tunnel pour la résolution de la crise de la dette. Il est difficile de prévoir quoi que ce soit”.