DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les réfugiés syriens affluent de l'autre côté de la frontière

Vous lisez:

Les réfugiés syriens affluent de l'autre côté de la frontière

Taille du texte Aa Aa

En Syrie, le ratissage de l’armée pour étouffer la contestation se poursuit, non loin de la frontière avec la Turquie.

Hier matin, les soldats du régime appuyés par des blindés ont étendu leurs opérations dans le Nord-ouest du pays, lieu de passage obligé pour des milliers de réfugiés souhaitant atteindre l’autre côté de la frontière.

Après être parvenue à prendre le contrôle de Bdama, le village par laquelle transite l’aide destinée aux réfugiés, l’armée est arrivée aux portes de Jisr al-Choughour.

Et selon le témoignage d’habitants qui ont réussi à fuir les violences, les militaires n’auraient pas hésité pour cela à incendier récoltes et habitations.

A quelques kilomètres de là, dans la province d’Hatay dans le sud de la Turquie, le cap des 10.000 réfugiés syriens a désormais été atteint.

Des familles entières entassées dans des camps où leur sont prodigués les premiers soins par des équipes du Croissant rouge, et où ils reçoivent de l’eau et 3 repas par jour.

Craignant une escalade de la violence côté syrien, la Grande-Bretagne a demandé à ses ressortissants se trouvant encore sur place de quitter le pays.

De leur côté, les Etats-Unis envisageraient de faire poursuivre les responsables du régime baasiste pour crime de guerre, pour les répressions qui ont déjà fait plus de morts, depuis le début de la mobilisation il y a trois mois.