DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pas d'argent pour Athènes, tant qu'il n'y a pas plus d'austérité

Vous lisez:

Pas d'argent pour Athènes, tant qu'il n'y a pas plus d'austérité

Taille du texte Aa Aa

La colère des Grecs n’a pas fait fléchir les ministres des Finances de la zone euro. Ils ont repoussé le versement de la prochaine tranche de 12 milliards espérée début juillet par Athènes. Cette tranche entre dans le cadre du prêt de 110 milliards accordé l’an dernier. Les ministres exigent avant cela que le Parlement grec adopte, le 28 juin, un nouveau train de mesures d‘économies et de privatisations.

“Les accords qui ont été conclus doivent être ratifiés par le parlement grec, rappelle Michael Noonan, le ministre irlandais des Finances. Donc c’est un processus normal, mais il ne doit pas y avoir de retards excessifs, donc j’aimerais que ce soit résolu début juillet.”

Pendant ce temps, George Papandréou à Bruxelles a répété que son pays, la Grèce, était “déterminé” à mener les réformes nécessaires pour assainir sa dette et attendait la solidarité de l’Union européenne. La pression est donc entièrement sur le gouvernement grec pour éviter la contagion à d’autres pays de la zone euro. Mais l’impression c’est que les ministres des finances n’ont pas de plan B, des mesures alternatives au cas où le gouvernement grec ne serait pas capable de respecter les engagements pris avec l’Europe.