DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'augmentation des prix des aliments source d'inquiétude

Vous lisez:

L'augmentation des prix des aliments source d'inquiétude

Taille du texte Aa Aa

Manger : quoi de plus naturel ? Mais pour 15% de la population mondiale, c’est un combat quotidien. Une lutte d’autant plus rude en période de hausse des prix alimentaires. Or depuis plusieurs mois le cours des matières premières flambe et les spécialistes tirent la sonnette d’alarme.

Selon la FAO, les prix des denrées alimentaires de base devraient rester élevés et instables en 2012.

Une situation difficile qui touche tout le monde de l’Amérique à l’Asie mais qui est particulièrement problématique pour les plus pauvres.

Les conditions météo rendent la production incertaine. En début d’année, la sévère sécheresse qu’a connu la Chine, premier producteur mondial de blé, a fait flamber les cours de la céréale. A cela s’ajoute une manque de transparence des stocks et de la production des produits agricoles.

En 2011, comme en 2008 où la hausse des cours avait provoqué les émeutes de la faim, le prix des céréales bat de nouveaux records. En un an, il s’est envolé de 71%.

Record aussi pour la facture des importations alimentaires cette année: 1 290 milliards de dollars, soit une hausse de 21% par rapport à 2010. Les pays les plus dépendants seront les plus touchés. Ils paieront jusqu‘à 30% de plus pour leurs importations alimentaires.

Et les plus dépendants, ce sont les pays africains, certains consacrant jusqu‘à 20% de leur PIB pour ces importations. Des pays émergents comme l’Inde ou l’Indonésie, où la demande ne cesse – et ne cessera – d’augmenter, sont touchés par la malnutrition.

Une hausse de la demande contribue largement à l’explosion des prix. Tout comme la spéculation qui, s’en être l’unique responsable, accentue la volatilité des prix agricoles. Les pays du G20 ont prévu de s’y attaquer en exerçant une surveillance sur l’offre mondiale de céréales mais cela suffira-t-il.

2011 n’a pas connu d‘émeutes de la faim, mais, rappelons-le, les révolutions en Tunisie et en Egypte sont parties des révoltes contre l’augmentation du prix du pain.