DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Crise grecque: le gouvernement a les mains libres

Vous lisez:

Crise grecque: le gouvernement a les mains libres

Taille du texte Aa Aa

Les temps sont durs pour les Grecs et l’horizon est loin de se dégager.

Renforcé par un vote de confiance, le gouvernement socialiste est en train de boucler les modalités de son nouveau plan de rigueur. Une cure d’austérité réclamée par l’Union européenne pour continuer de protéger la Grèce de la banqueroute.

Mais éviter la faillite a un coût, comme en témoigne ce pêcheur:

“Les gens n’ont plus d’argent pour acheter nos poissons. Nous devons vendre notre poisson moins cher, 10 euros de moins le kilo.”

Inquiets, en colère, beaucoup de Grecs sont aussi résignés et se sentent obligés de soutenir le gouvernement à cause de la crise:

“Je ne pense pas que les mesures d’austérité vont changer quoique que ce soit parce que nous devons beaucoup d’argent. On n’a pas le choix. Je ne devrais pas soutenir ce gouvernement mais c’est nécessaire, je vais le soutenir.”

Le Premier ministre Georges Papandréou a repris l’initiative la nuit dernière en procédant à un remaniement et en obtenant le vote de confiance du parlement, écartant ainsi le risque d’un rejet de sa politique.

Le plan de rigueur prévoit d’ici 2015, des économies de 28,4 milliards d’euros et des privatisations de 50 milliards.

De nouvelles manifestations sont à prévoir.