DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Bourget : le X3 d'Eurocopter fait sensation

Vous lisez:

Le Bourget : le X3 d'Eurocopter fait sensation

Taille du texte Aa Aa

Le salon du Bourget, c’est aussi celui des percées technologiques dans l’aérien. Eurocopter a créé l‘événement cette année dans le secteur des hélicoptères.

Là où les appareils traditionnels atteignent 330 km/h maximum, le X3 de la filiale d’EADS a déjà inscrit un record de 430 km/h lors des vols d’essai. Deux propulseurs supplémentaires viennent épauler le moteur. La technique de pilotage, elle, ne change pas, comme l’explique Hervé Jammayrac, pilote d’essai qui a conduit les tests du X3.

“La première chose, c’est que les similarités sont intéressantes. En stationnaire, ça se pilote extactement comme n’importe quel hélicoptère. Ensuite, quand on accélère, la différence principale est que, au lieu d’incliner le roteur pour avancer, on dispose en fait d’hélices, donc il assure la propulsion horizontale. Finalement on a une commande qui est très intuitive, qui consiste à dire ‘j’accélère ou je décélère’. Donc, ça se pilote comme ça, finalement, assez simplement.”

Cet appareil est tout particulièrement destiné à répondre aux besoins de transport rapide des plateformes pétrolières.

Daniel Semioli, ingénieur sur le projet, expose ainsi tout l’intérêt commercial du X3 : “construire un hélicoptère propulsé à grande vitesse comme celui-ci devrait coûter 20% plus cher qu’un helicoptère classique de même capacité, mais permettant d’aller 50% plus vite en vitesse, et donc de faire des economies de l’ordre de 25% pour les exploitants.”

Parmi les autres avancées technologiques dévoilées à Paris, voici, selon le groupe de défense Thalès, le cockpit du futur : un espace ergonomique où piloter un avion sera aussi facile qu’interagir avec un smartphone.

Denis Bonnet, a en chapeauté le design : “l’idée est de concevoir le cockpit vraiment autour de l’homme, avec l’idée de s’appuyer au maximum sur ses forces, en essayant de l’aider à gérer ses faiblesses et faire vraiment de lui l‘élément le plus important dans la sécurité de l’avion. Le résultat que vous voyez là, c’est un travail technologique sur comment on peut mettre en place un écran unique, totalement configurable, tactile: je peux interagir directement avec le doigt ; je vais pouvoir interagir aussi un petit peu à la manière d’un iPhone, enfin, comme avec les objets que l’on rencontre dans la vie de tous les jours. Je vais pouvoir directement afficher des caméras, etc…”

En à peine plus d’un siècle, la technologie de l’aérien a fait des pas de géant. Le salon du Bourget en est le plus fidèle témoin.