DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Allemagne tourne le dos à l'atome

Vous lisez:

L'Allemagne tourne le dos à l'atome

Taille du texte Aa Aa

Sous la pression croissante de l’opinion publique après la catastrophe de Fukushima, les députés allemands ont voté à une écrasante majorité de 513 voix sur 600 la sortie du nucléaire. Le dernier des 17 réacteurs allemands s‘éteindra au plus tard le 31 décembre 2022.

A Berlin, le Ministre de l’Environnement, Norbert Röttgen, a souligné le caractère inédit de cette démarche : “c’est une première, jamais on avait vu un grand pays industriel entreprendre une telle révolution technologique et économique, et ce, parce que nous pensons que c’est une bonne chose pour notre pays.”

La Chancelière conservatrice Merkel a cependant été accusée d’opportunisme par l’opposition social-démocrate. En 2000, alors qu’il partageait le pouvoir avec les Verts, le SPD avait planifié l’abandon du nucléaire. Décision annulée par Angela Merkel.

Ce jeudi, Renate Künast, chef de groupe des Verts au Bundestag, n’a pas manqué de le rappeler. “Je me contenterai de souligner l’ironie historique qui vous voit aujourd’hui défendre ce que vous avez combattu pendant des décennies,” lui a-t-elle lancé.

L’opposition estime que cette sortie de l’atome a été mal préparée. Pour compenser le manque à gagner, l’Allemagne va devoir construire de nouvelles centrales au gaz et au charbon, à fortes émissions de CO2.

Certes Berlin veut promouvoir les énergies renouvelables : elles devraient assurer 35% des besoins du pays d’ici 2020, contre 20% aujourd’hui. Huit lois ont été votée en ce sens ce jeudi.