DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Baïkal : le train des profondeurs

Vous lisez:

Baïkal : le train des profondeurs

Taille du texte Aa Aa

C’est le lac le plus vieux et le plus profond du monde : le lac Baïkal, dans le sud-est de la Sibérie, contient 20% des réserves mondiales d’eau douce.

La légende veut que sur ses fonds reposent les huit wagons d’or de la banque impériale de Russie, perdus après 1918 sous l’escorte de l’amiral blanc Koltchak, qui voulait les soustraire au décret de confiscation de Lénine.

C’est d’ailleurs l‘épave d’un train qui a attiré ici les plongeurs du club “trois dimensions”.

Pour le plongeur Andrei But, “ce qui s’est passé est évident : le wagon repose sur une pente raide. Il a fallu une puissante dégringolade le long de la colline et autour de 35 mètres de profondeur, il s’est arrêté au pied d’une petite falaise. Donc, je suppose que les autres wagons sont par là, un peu plus bas.”

Les plongeurs avaient déjà trouvé des rails et des débris de train. Mais c’est la première fois qu’ils découvrent un wagon dans son intégralité.

Les documents historiques donnent peu d’information sur cette épave. Les plongeurs du club Trois dimension ont récolté suffisamment d’indices pour élaborer une hypothèse.

“A en juger par la taille du wagon et le fait qu’il avait quatre paires de roues, il est probablement de fabrication soviétique, estime l’historien Pavel Novikov. Donc, les événements qui l’ont conduit au fond du lac Baïkal a pu se produire soit pendant la deuxième guerre mondiale, soit dans l’après-guerre. Selon les riverains, il y a eu de nombreux glissements de terrain et autres catastrophes, et pas seulement une fois.”

Cette découverte est d’un grand intérêt pour les historiens dans la mesure où l‘épave repose sur le trajet du Circumbaïkalien, ce chemin de fer qui contournait le lac Baïkal. Il est considéré comme une prouesse technique du XXème siècle. Sa construction avait commencé en 1899 – un enchaînement complexe de tunnels et de ponts qu’on ne rencontre nulle part ailleurs en Russie.