DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement britannique retarde la conclusion du rachat de BSkyB

Vous lisez:

Le gouvernement britannique retarde la conclusion du rachat de BSkyB

Taille du texte Aa Aa

Le ministre britannique de la Culture Jeremy Hunt a saisi la Commission de la concurrence. Sa décision n’interviendra pas avant plusieurs mois.

Cette opération controversée de dix milliards d’euros semblait imminente mais le scandale des écoutes illégales et la fermeture de News of the World a tout changé.

Le gouvernement de David Cameron s’est finalement rangé aux demandes de l’opposition travailliste. Son chef, Ed Miliband demandait l’intervention de la Commission de la Concurrence : “Il est important de rappeler la recommandation initiale de l’Ofcom. Elle renvoyait justement à la Commission de la concurrence. Nous soutenions cela mais Mr Hunt a ignoré cette recommandation. Quelque soit les atermoiements du gouvernement, je n’accepterai pas que le rachat se fasse au moins avant le fin de l’enquête”.

Le groupe Murdoch a finalement accepté le renvoi devant la Commission de la Concurrence. L’enjeu est de taille pour le groupe News Corp. Le magnat Rupert Murdoch veut prendre le contrôle en totalité de BSkyB, un bouquet satellitaire très rentable.

Mais pour Nick Clegg, le vice-premier ministre libéral-démocrate, Murdoch doit reconsidérer son projet de rachat.

“Rupert Murdoch est à Londres pour tenter de résoudre la situation et je lui dirai simplement : Regardez comment le pays a réagi avec dégoût aux révélations, faites donc ce qui est correct et raisonnable, reconsidérez votre projet pour BSkyB”.

L’affaire des écoutes illégales met le groupe News Corp et ses principaux dirigeants sur la selette, à commencer par James Murdoch, le fils et héritier de l’empire. Sans parler de Rebecca Brooks, la directrice générale des titres britannique du groupe qui pourrait être bientôt entendue par la police.