DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maria Damanaki : "Un fonds spécial pour les pêcheries de petit taille "

Vous lisez:

Maria Damanaki : "Un fonds spécial pour les pêcheries de petit taille "

Taille du texte Aa Aa

Audrey Tilve, euronews : “Maria Damanaki, vous êtes la commissaire européenne chargée de la pêche et cette réforme, c’est votre projet. Commençons par les quotas transférables que vous voulez mettre en place. Les marins-pêcheurs de divers pays et plusieurs ONG disent que cela équivaut à une privatisation de ressources publiques et y sont très hostiles. Que leur répondez-vous ?”

Maria Damanaki, commissaire européenne en charge de la pêche : “Nous n’avons absolument pas en tête une privatisation des ressources. C’est même le contraire. Notre but est de préserver les ressources. Et nous allons permettre aux propriétaires des bateaux de pêche d’utiliser ces ressources sur une certaine période.”

“Les pêcheurs disent aussi que cela va conduire à une pêche plus industrialisée, parce que les petits bateaux vont vendre leurs parts aux gros, et au final, ce pourrait être la fin de la pêche artisanale.”

“Laissez-moi vous dire très clairement que les gouvernements pourront totalement exclure la petite pêche du système. Nous allons aussi protéger les zones côtières car nous aurons un fonds spécial pour les pêcheries de petit taille. Ce que nous allons faire, c’est essayer de réduire la surcapacité des gros navires, des chalutiers, des gros chalutiers, parce que nous avons de bonnes raisons de le faire. Si nous n’agissons pas, seulement huit espèces de poissons sur 136 seront encore en bon état dans une décennie. Donc, ils ne pourraient de toute manière plus pêcher.”

“ Rejeter les poissons en mer va être interdit. Que feront les pêcheurs de ces prises accidentelles qu’ils ne sont pas autorisés à vendre ? Que voulez-vous qu’ils en fassent ? “

“Là, nous avons un problème à résoudre. Je dois l’admettre. Et nous y travaillons. C’est pourquoi nous ne demandons pas d’interdire les rejets dès demain. Nous avons besoin d’une période de transition. Pour être clair, si vous dites à un pêcheur qu’il doit pêcher telle quantité, alors, il rejettera le reste. Donc, ce que nous allons faire, c’est leur dire : voilà, vous devez tout ramener à terre et ensemble, nous résoudrons le problème, nous déciderons quoi faire de ce poisson. Il y a du bon poisson qu’ils peuvent vendre, par bon je veux dire rentable. Et il y a du poisson qui est moins rentable, voyons ce que nous pouvons en faire. Nous pouvons le congeler, le transformer, nous pouvons le donner aux personnes dans le besoin, mais pas le rejeter à la mer.”