DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le magnat Rupert Murdoch sous pression politique

Vous lisez:

Le magnat Rupert Murdoch sous pression politique

Taille du texte Aa Aa

Le scandale des écoutes téléphoniques illégales prend un tournant politique en Grande-Bretagne. Dans le colimateur : le fils de Rupert Murdoch, James, président de News International, et sa directrice générale Rebekah Brooks, soupçonnés d’avoir eu connaissance des faits.

Quant à David Cameron, il est sous le feu des critiques pour avoir recruté un ancien rédacteur en chef de news of the world comme directeur de la communication. Ce derrnier a été contraint de démissionner en janvier dernier.

“J’ai embauché un responsable de tabloïd sur ​​la base des garanties qu’il m’a données qu’il ignorait tout du piratage des lignes téléphoniques, et qu’il n‘était impliqué dans aucune affaire criminelle. S’il s’avère qu’il a menti, non seulement c’est qu’il n’avait jamais à entrer au gouvernement mais qu’il devrait être poursuivi. Mais je crois que nous devons respecter la présomption d’innocence.”

Autre conséquence de l’affaire, Rupert Murdoch a décidé de retirer son offre de rachat total de BSkyB, le bouquet britannique de chaînes par satellite.

Ed Miliband, le chef de l’opposition, pointe du doigt David Cameron.

“Le 1er ministre doit divulguer sur le champ toutes les informations qui lui ont été fournies, et nous expliquer ce qu’il a fait, et pourquoi ces avertissements ont été ignorés. Et surtout, il devrait s’excuser pour la catastrophique erreur de jugement qu’il a eue en embauchant Andy Coulson. “

Et les retombées du scandale menacent de s‘étendre aux États-Unis, où Murdoch possède le Wall Street Journal, le New York Post mais aussi la chaine de télévision Fox.

Le sénateur américain John Rockfeller redoute lui que des journaux du Groupe n’aient également pu porter atteinte à la vie privée de citoyens américains, en particulier de victimes des attentats du 11 septembre 2001.