DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rétromachine : la prise de la Bastille

Vous lisez:

Rétromachine : la prise de la Bastille

Taille du texte Aa Aa

Le 14 juillet 1789 des centaines de manifestants attaquent la prison de la Bastille au centre de Paris. Cette tour imposante de 25 mètres de haut est alors pour les citoyens le symbole du pouvoir absolu du roi. A l‘été 1789, la crise économique et l’entêtement du roi Louis XVI à ne pas entamer les réformes voulues par le peuple dans les cahiers de doléances poussent la France au bord de la révolution. Le 11 juillet, le renvoi du ministre des Finances Jacques Necker, très populaire et favorable aux réformes, est un élément déclencheur. La population en colère descend dans les rues de Paris. Le matin du 14 juillet, les manifestants s’emparent de fusils à l’hôtel des Invalides et espèrent trouver de la poudre à la prison de la Bastille, où seulement sept personnes sont encore emprisonnées. Des tirs sont échangés entre manifestants et la garde assiégée. En fin d’après-midi, une troupe de militaires ralliés aux insurgés vient leur prêter main forte. Bernard-René de Launay, le gouverneur de la prison, rend les armes aux alentours de 17h30. Il sera tué plus tard dans la journée par les manifestants en colère. Le 14 juillet devient fête nationale chômée dès 1790 où une cérémonie d’unité nationale est organisée. Elle est ensuite supprimée sous le premier Empire. Elle est finalement ré-instaurée le 5 juillet 1880 après un vote qui divise l’assemblée nationale. Comme compromis, il est choisi de célébrer la fête d’unité nationale pacifique de 1790. Événement qui s’efface peu à peu des mémoires au profit de la prise de la Bastille. Pour peu que l’on y pense pendant les bals populaires !

D’autres 14 juillet : Pat Garrett tue le hors-la-loi Billy the Kid (1881) ; le Campanile de la place Saint-Marc à Venise s‘écroule (1902) ; Rawya Ateya entre au parlement égyptien, devenant la première femme du monde arabe à siéger dans une assemblée nationale (1957).

Né(e)s un 14 juillet : le peintre autrichien Gustav Klimt (1862), le cinéaste suédois Ingmar Bergman (1918), l’auteur de BD Gotlib (1934), la femme politique française Valérie Pécresse (1967).