DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Des célébrations du 14 juillet au goût amer


France

Des célébrations du 14 juillet au goût amer

L’air n‘était pas vraiment à la fête ce jeudi lors des traditionnelles célébrations du 14 juillet sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris. Les traits tirés et la mine des mauvais jours, le président français a annoncé qu’il entendait maintenir le calendrier de retrait des troupes françaises en Afghanistan d’ici 2014, malgré l’insistance de la gauche qui demande un retrait anticipé.

Nicolas Sarkozy souhaite en revanche un renforcement de la sécurité du contingent militaire.

Ce jeudi, un nouveau soldat tricolore a trouvé la mort lors d’une opération spéciale dans l’est de l’Afghanistan. Il s’agit du 6ème militaire français tué en seulement 2 jours, le 70ème depuis le début de l’intervention militaire en 2001.

“Le retrait commencera dès cette année et s‘étalera jusqu’en 2013. Nous n’abandonnons pas les Afghans, mais nous transformons simplement notre aide. D’une aide militaire, nous ferons essentiellement une aide économique et éducative. Et puis c’est l’armée afghane, qui est montée en puissance et dispose de 350.000 hommes aujourd’hui, qui doit prendre le contrôle de la sécurité du pays, a déclaré Nicolas Sarkozy.”

Des cérémonies empreintes d’une triste tonalité, avec cette année un défilé des troupes de retour d’opérations extérieures, Côte d-Ivoire ou Afghanistan justement.

Les hommes de la Légion étrangère, souvent les premiers sur le front, étaient également de la partie.

Un conseil de sécurité s’est ensuite tenu à l’Elysée pour réfléchir à l’amélioration des conditions de sécurité des soldats sur place.

Cette année encore, la traditionnelle garden party du 14 juillet n’a pas eu lieu.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le sénat italien dit oui au plan de rigueur