DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tristane Banon s'explique sur sa décision de porter plainte contre DSK

Vous lisez:

Tristane Banon s'explique sur sa décision de porter plainte contre DSK

Taille du texte Aa Aa

Une interview de DSK, en 2003, qui tourne mal. Tristane Banon refuse alors de porter plainte. Mais elle s’exprime à diverses reprises sur les faits, narrant une tentative de viol. D’abord dans un roman autobiographique, “Trapéziste”, paru en 2006, puis sur la chaîne Paris Première en 2007, ou encore sur le site Agoravox en 2008.

Et puis éclate l’“affaire DSK” à New-York, le 14 mai 2011. Un mois plus tard, la jeune femme mets fin à ses tergiversations, et se résout à saisir la justice. Elle justifie cette décision tardive :

“On se rend compte que le seul moyen de mettre un point final dans sa tête, pour soi, à tout ça, c’est de porter plainte et de donner à la justice le rôle de décider officiellement qu’on est victime.”

Tristane Banon, qui accuse DSK de “mensonges”, après que l’ancien patron du FMI a qualifié son récit d’“imaginaire”, et porté plainte pour “dénonciation calomnieuse.”

Pour l’heure Dominique Strauss-Kahn reste soumis au calendrier judiciaire américain. Selon l’un de ses avocats, William Taylor, le report de la prochaine audience au 1er août ne change rien à la ligne de défense :

“Il n’y a aucun accord ou arrangement que Mr Stauss Kahn est disposé à accepter. On maintient la même position. Officiellement, Mr Strauss-Kahn ne plaidera coupable d’aucun crime.”

William Taylor espère que les poursuites contre Dominique Strauss Kahn seront abandonnées d’ici au 1er aout. Il ajoute qu’il n’y a dans le rapport médical “aucune preuve de violence physique” contre Nafissatou Diallo, contrairement à ce qu’affirme l’avocat de la plaignante Kenneth Thompson.